Ucofem : soutenues par des hommes, les femmes des médias ont organisé leur marathon à Kinshasa

L’Union Congolaise des Femmes des Médias (UCOFEM) a organisé un marathon jeudi 1er mars au cours duquel ses membres, accompagnés des journalistes hommes, ont marché. Partis du terrain Local, appelé « terrain RTNC » jusqu’à la place du Cinquantenaire, sur le boulevard Triomphal, les marathoniens l’on fait dans l’objectif de mobiliser des femmes et des hommes des médias autour du thème national de l’année « Investir dans la force productrice de la femme rurale » et les Objectifs de Développement Durable (ODD) pour une planète 50/50 d’ici 2030.  Tous les marcheurs étaient en polos et casquettes blancs, tenant pour certains des banderoles portant le message « hommes et femmes des médias pour l’égalité des chances ». D’autres ont tenu des papiers duplicateurs sur lesquels différents messages de défense des droits de femmes étaient estampillés. Lentement mais sûrement,  la procession a suivi son itinéraire allant de l’avenue Kabinda en passant par les avenues des Huileries, Nyangwe et du 24 novembre, avant d’aboutir au boulevard Triomphal. Tout s’est déroulé dans une ambiance des chants et slogans jusqu’au point de chute où dans la confraternité un casse-croute était partagé. Avant cela, une escale a été faite sur l’avenue Nyangwe où Adelin Mboma, le délégué dépêché par l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC) a dit un mot d’encouragement aux femmes des médias. Pour lui, l’égalité entre hommes et femmes dans la presse est encore un slogan. Il a souhaité que cela devienne une réalité lors de l’édition prochaine du marathon. Quant à Anna Mayimona Ngemba, Directrice Exécutive Nationale de l’UCOFEM, elle était contente de voir les hommes marcher ensemble avec les femmes des médias. Elle a affirmé que les hommes ont aussi des responsabilités dans la promotion des droits des femmes. « Si la situation de la femme s’améliore, l’homme trouve aussi son compte lui qui a soit une fille, une femme, une maman ou une tente », a-t-elle indiqué. Concernant le thème de l’année, elle a indiqué que la femme rurale joue un grand rôle dans la production agricole, mais ses droits et son apport au développement du pays ne sont pas reconnus. Prenant la parole au nom des hommes qui ont pris part au marathon, José Wakadila a encouragé les femmes journalistes à occuper les fonctions de responsabilité au sein des rédactions. Entre autres dames qui ont pris part à la marche, il y a eu Maman Bipendu de la RTNC, le Professeur Espérance Bayedila de l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication (IFASIC), Francine Umbalo et bien d’autres. La marche a été soutenue par Free Press Unlimited, FPU. Ce dernier marathon vient après une première édition organisée en 2017 qui avait mobilisé près de 500 femmes. Cette année, la particularité a été un grand nombre d’hommes qui y ont pris part.