• fardc 1 min

Enterinement de Ronsard Malonda : Le Cardinal Ambongo et Mgr Bokundoa fustigent les agissements de Mabunda et appellent Tshisekedi à ne pas considérer cette désignation

Dans une correspondance conjointe adressée au Président de la République et parvenue ce samedi 4 juillet à actu-30.info, le Cardinal Fridolin Ambongo et Mgr André Bokundoa, respectivement président et vice-président de la plateforme des confessions religieuses, dénoncent la désignation et l’enterinement par l’Assemblee nationale de Ronsard Malonda à la tête de la CENI.

Ces Chefs de l’Eglise catholique et de l’ECC stigmatisent le comportement de la Présidente de l’Assemblee nationale « qui a fait entériner frauduleusement la candidature de Ronsard Malonda ».

« Il est, par conséquent, déconcertant que Madame la Présidente ait travesti la vérité et fait entériner frauduleusement par la plénière de l’Assemblée Nationale une quelconque désignation du Président de la CENI par les Confessions religieuses, et ce, sur base d’un faux procès-verbal d’une élection fictive dressé par certains chefs des Confessions religieuses et délégués, non attitrées quant à ce », font-ils savoir.

Et d’ajouter : « Nous sommes indignés de constater que Madame la Présidente de l’Assemblée Nationale s’obstine à cautionner délibérément une telle forfaiture au plus haut niveau de l’Etat »

Ils appellent à cet effet le Président de la République à ne pas considérer cette désignation de Ronsard Malonda à la tête de la CENI.

« Le Présidium de la Plateforme conduit par l’Eglise Catholique et Eglise du Christ au Congo prie Votre Très Haute Autorité de ne pas considérer la proposition controversée de nomination du Président de la CENI entèrinée par l’Assemblee Nationale en sa séance du 02 juillet en cours, d’une part, et d’inviter les composantes socio-politiques concernées au dialogue constructif en vue de réformer la centrale électorale et d’y désigner des personnalités qui répondent aux critères légaux, d’autre part », recommandent-ils.

Au cours du conseil des ministres du vendredi 3 juillet, le Chef de l’État Félix Tshisekedi a promis de veiller « personnellement » à ce que le processus de désignation de nouveaux dirigeants soit « crédible de bout en bout ».

Corneille Lubaki

À la une

Également sur Actu 30