Affaire « milice » à Kingabwa : Le FCC exige une enquête « approfondie » afin d’identifier les commanditaires et leur « infliger les sanctions les plus sévères »

Le Front Commun pour le Congo (FCC) se dit étonné de l’information faisant état de « l’existence, à Kingabwa dans la commune de Limete à Kinshasa, des bases attestées abritant des miliciens qui se revendiqueraient de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) ».

Cette plateforme politique chère à Joseph Kabila condamne cette pratique qui va à l’encontre des idéaux de la démocratie et d’un État de droit.

« Fortement attaché à la stabilité du pays, le FCC déplore et condamne totalement cette pratique qui porte gravement atteinte aux acquis démocratiques de ces dernières années ; et craint qu’elle ne conduise à un non État. Le FCC exige qu’une enquête minutieuse et approfondie soit menée, et que la justice militaire se saisisse, en procédure de flagrance, de ces cas graves d’atteintes à la paix et à la sécurité nationales afin d’en identifier les commanditaires, et de leur infliger les sanctions les plus sévères, conformément aux lois de la République », indique-t-il dans son communiqué.

Tout en faisant allusion aux derniers incidents qui ont eu lieu à Kasumbalesa, le FCC experime par ailleurs sa vive préoccupation de voir des milices urbaines se multiplier.

Corneille Lubaki