Kinshasa/Lutte contre les embouteillages : Les experts du ministère des ITP et du Japon tablent sur la mise en œuvre du plan directeur des transports

Les experts du ministère des infrastructures et travaux publics (ITP) et ceux de l’Agence de Coopération Internationale du Japon (JICA) sont depuis près d’une semaine en travaux sur un nouveau projet visant à renforcer des capacités pour la mise en œuvre du Plan Directeur des Transports Urbains de la ville de Kinshasa (PDTK).

selon les services du ministère des ITP, les objectifs poursuivis sont entre autre celui d’expliquer et confirmer l’objectif et le calendrier de l’étude de planification détaillée, désigner le point focal ou de membres de la discussion des projets ou encore confirmer la réunion et la méthode de communication.

Lors du lancement de ces travaux préparatoires le 12 août dernier, le directeur du cabinet de Willy Ngoopos, vice-premier ministre des ITP, avait fait savoir qu’il s’agit du prolongement du projet d’élaboration du PDTK parachevé en mars 2019, sous financement du Japon.

S’agissant de cette contribution du Japon, Gilbert Muhika avait indiqué que cela constitue un témoignage éloquent de l’engagement du gouvernement nippon à accompagner la RDC sur la voie de son développement intégral, dûment en matière de planification et de modernisation des transports dans la capitale congolaise.

Ce plan directeur qui sera financé par le gouvernement japonais, à travers la JICA à la hauteur de 32, 810 milliards de dollars américains, à l’horizon 2040, a l’avantage de présenter des infrastructures nécessaires pour résoudre les problèmes de disfonctionnement dans la ville de Kinshasa, avait noté en 2019 la vice-présidente de la JICA, Kayashima Nobuko.

Elle avait fait remarquer que la ville de Kinshasa présente des risques d’être paralysée étant donné « qu’elle connait une augmentation des véhicules privés et ne dispose pas d’un réseau routier fiable et des moyens de transport en commun pouvant permettre le trafic aisé jusqu’à l’horizon 2030-2040 ».

Selon elle, le PDTK propose ainsi une stratégie de développement spatial composée de trois zones qui forment le corridor de croissance, visant la ville dynamique et sans embouteillages ce, par le développement des réseaux routiers et de transports en commun rapide.

Par ailleurs, le PDTK s’inscrit dans la continuité des autres grands projets achevés, en cours ou en préparation dans le secteur des infrastructures, sous financement du gouvernement japonais. Il s’agit notamment du pont Maréchal à Matadi, le boulevard Congo-Japon (ex-poids lourd) ou encore le projet de renforcement de matériels de maintenance des voiries dans la ville de Kinshasa, l’électrification du boulevard Congo-Japon.

Corneille Lubaki