Maniema : Des infirmiers réclament au président Félix Tshisekedi « un statut spécial »

Le Syndicat des infirmiers du Congo, antenne du Maniema, a protesté vendredi à Kindu, chef-lieu de la province, pour dénoncer la discrimination professionnelle dont ils sont victimes.

Dans leur mémorandum lu et déposé auprès du gouverneur Auguy Musafiri N’kola, ces hommes et femmes en blouse blanche dénoncent ce qu’ils qualifient de « discrimination » de la part de certains dirigeants du secteur de la santé en province et exigent la mécanisation de tous les infirmiers immatriculés depuis 2008.

« Nous dénonçons la discrimination dont sont victimes les infirmiers et les autres professionnels du secteur de la santé, où les infirmiers bénéficient le 1/12è de la prime des autres professionnels de santé et aussi la non-mécanisation des numéros matricules des infirmiers depuis 2008, qui est un paradoxe dans un pays qui se dit être État de droit », a déclaré Panda Shako Arubu, secrétaire exécutif du Syndicat des infirmiers du Congo/Maniema.

Toutefois, le syndicat des infirmiers antenne du Maniema demande au président de la République :

– De bannir la discrimination qui ronge le chef des dirigeants dans le secteur de la santé en RDC ;

  • De doter la profession infirmière d’un statut spécial au regard de sa valeur et son importance dans la vie humaine ;

– De mécaniser tous les infirmiers immatriculés depuis 2008 et ;

– De bannir l’IPR (Impôt Professionnel sur les Rémunérations) retenu à la prime des infirmiers et n’est récupéré que l’IPR sur le salaire.

Le ministre provincial de l’intérieur, Shery Kimbwasa, qui les a reçus a, au nom du gouverneur du Maniema, promis transmettre leur mémorandum à qui de droit.

Prince Mwembo