RDC : Les dépenses opérées en mode d’urgence échappent aux circuits bancaires et entraînent une surchauffe sur le marché, y compris la dépréciation de la monnaie (Conseil des ministres)

Lors du Conseil des ministres du vendredi 14 août, le Président de la République a rappelé sa détermination à veiller pour que le gouvernement exerce une gestion des finances publiques optimale et rigoureuse le volet des recettes.

Selon le compte-rendu du conseil des ministres parvenu à ACTU30.CD, le Chef de l’État Félix Tshisekedi a fait savoir qu’il lui a été donné de constater malheureusement que le niveau des dépenses opérées en mode d’urgence représente au 10 août 2020, 37% des dépenses totales hors rémunérations, dans le budget de l’exercice 2020.

« En outre, ces dépenses en urgences ont souvent payées en espèces, et par conséquent échappent aux circuits bancaires établis, ce qui entraine une surchauffe sur le marché de change et conduisent à la dépréciation du Franc congolais », rapporte le compte-rendu.

Le Chef de l’État a insisté sur le fait que ces dépenses en procédure d’urgence risque d’instituer la primauté du mode exceptionnel dans le paiement des dépenses publiques ne respectant pas les étapes de la chaîne de dépense par rapport à la norme standard.

Le Président Félix Tshisekedi a instruit le premier ministre « à veiller à ce que le niveau des dépenses payées en procédure d’urgence soit fait dans la limite des standards internationaux ».

Le Chef de l’État a en même temps appelé le ministre des finances « à arrêter sans délai le paiement des dépenses hors chaîne, sauf en cas des besoins dûment approuvés de l’État ».

Corneille Lubaki