RDC-Nominations des juges constitutionnels : Tshisekedi doit être traité de haute trahison pour violation intentionnelle de la constitution, (Fayulu)

Le président de l’Engagement Citoyen pour le Développement (ECIDé), Martin Fayulu, a reçu, lundi 31 août dans sa résidence de Faden House, à Kinshasa, maître Théodore Ngoy, avocat des juges Jean Ubulu et Noël Kilomba, qui ont refusé d’abandonner leurs fonctions de juges de la Cour constitutionnelle, malgré leurs nominations par Félix Tshisekedi à la Cour de cassation.

Après avoir entendu la démarche de Me Théodore Ngoy, Martin Fayulu a indiqué que Félix Tshisekedi doit être poursuivi « pour haute trahison pour avoir violé intentionnellement la constitution ».

« Nous disons ici nous voulons construire un État de droit, ce n’est pas un mot qu’on lance en vain, il faut que les actes suivent. Monsieur Tshisekedi le sait, il est illégitime. Non seulement il est illégitime, maintenant il pose des actes en violation intentionnelle de la constitution. On ne peut pas laisser passer cet aspect des choses. C’est pour cela je soutiens totalement l’action de maître Théodore Ngoy. Je dis à la population, je dis à tout le monde, monsieur Tshisekedi court un risque énorme, il doit être traité de haute trahison », a déclaré ce membre du présidium de la coalition LAMUKA.

Et d’ajouter : « Voilà ce que nous disons, on ne peut pas prendre chaque fois pour le Congo, des demi-mesures, on ne peut pas chaque fois accepter pour le Congo des choses inacceptables. Ce n’est pas parce que ces juges là m’ont causé du tort que je dois soutenir la violation intentionnelle de la constitution, Non! Nous sommes des hommes ici au Congo, et des femmes qui sont des hommes et des femmes des principes et des valeurs. Le respect de la constitution est sacré et monsieur Tshisekedi doit respecter la constitution ».

Pour rappel, ces juges avaient refusé de prêter serment en août dernier en tant que nouveaux membres de la Cour de cassation, en soulignant la nécessité pour eux d’achever leurs mandat à la Cour constitutionnelle jusqu’au mois d’avril 2021.

Ils ont, de ce fait, mandaté Théodore Ngoy pour exploiter toutes les voies judiciaires nécessaires afin que les ordonnances présidentielles portant leurs nominations soient rapportées et ainsi, leur permettre de poursuivre leurs mandats à la haute Cour.

Corneille Lubaki