RDC-Réformes électorales : La MONUSCO adhère à la démarche du « G13 »

La représentante spéciale du secrétaire général des Nations-Unies en RDC a salué la démarche du groupe de 13 personnalités politiques et sociales signataires de l’Appel du 11 juillet dernier visant à obtenir un consensus sur les réformes électorales pour des élections apaisées en 2023.

Lors de la conférence de presse tenue mercredi à Kinshasa, Leïla Zerrougui a affirmé que le « G13 » est un groupe de personnes qui essaie d’identifier les problèmes de fond qui peuvent empêcher le bon déroulement du processus électoral en 2023.

« Donc, ce sont quand-même des gens qui essayent d’identifier les problèmes de fond qui peuvent être à l’origine d’une déstabilisation ou qui peuvent empêcher le processus électoral de se faire dans les meilleures conditions et dans le délai, parce que c’est cela aussi l’enjeu. C’est de ne pas encore avoir des situations qu’on a pas prévues et à la fin on n’est pas prêt le jour où il faut aller vers les élections », a dit la cheffe de la MONUSCO.

Par ailleurs, elle s’est dite prête à recevoir le groupe de 13 composé, notamment de députés nationaux dont Delly Sesanga, Patrick Muyaya, Claudel Lubaya et Henri-Thomas Lokondo.

« Pour le moment, personnellement, je ne les ai pas encore rencontrés mais je suis ouverte pour rencontrer tout le monde, j’attends de voir le processus. J’en ai rencontré quelques-uns mais pas le groupe. J’écoute, je suis les débats, je sais qu’il y a de l’intérêt dans cela », a ajouté Leïla Zerrougui.

Pour rappel, le groupe de 13 personnalités politiques et sociales a été déjà reçu par le président de la République, le premier ministre et le bureau sortant de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), ainsi que plusieurs personnalités politiques et socio-religieuses du pays.

Winnie Imana