Kinshasa : La 1ère édition du Festival pour les personnes vivant avec handicap annoncée du 5 au 6 décembre

Au cours d’une conférence de presse tenue vendredi 27 novembre dernier, la Fondation Gege Kizubanata (FOGEKI), organisatrice de la première édition du festival pour personnes vivant avec handicap, a expliqué le sens du thème de ce événement qu’est ‘‘Donne – moi une seconde chance’’, l’identification et catégorisation de participants mais aussi les objectifs qu’elle poursuit à travers cette manifestation.

D’après Gege Kizubanata, président et initiateur de cette Fondation qui porte son nom, le thème de ce festival est plutôt une interpellation en faveur d’une prise de conscience collective afin que cesse à jamais en RDC toutes formes de discrimination à l’endroit des personnes vivant avec handicap.

Président de la Fédération nationale de Basket sur fauteuil, Gege Kizubanata qui, dans le cadre de cette fonction au sein de cette discipline exclusivement réservée aux para et tétraplégiques, côtoie chaque jour cette catégorie de personnes, a dit ressentir dans sa peau toutes les formes d’injustice que la société fait subir à ces compatriotes alors qu’ils ont les mêmes droits que tous les citoyens de ce pays et parfois les mêmes capacités intellectuelles.

« Donne – moi une seconde chance » est donc cette demande que les personnes vivant avec handicap adresse à la société d’aujourd’hui afin qu’elle reconsidère ses vues sur cette catégorie de personnes pour qu’advienne une société plus juste et plus inclusive, a-t-il soutenu.

Pour sa part, le docteur Ashley Mavula, rappelant qu’une personne vivant avec handicap est celle qui souffre d’une maladie invalidante, a indiqué qu’il existe trois types d’handicaps, constituant un groupe spécifique de personnes vivant avec handicap, à savoir : le handicap sensoriel (les mal voyants, les mal entendants et les muets), psychique (autisme et autres maladies neurologiques) et enfin le handicap physique, où l’on trouve les paraplégiques et les tétraplégiques. Mais il se trouve qu’en RDC, l’absence d’infrastructures adéquates et le manque de promotion de l’écriture braille ne permettent pas à ces différentes catégories de personnes vivant avec handicap de disposer des mêmes chances d’apprentissage, d’égalité de traitement judiciaire, d’existence et de promotion que leurs compatriotes dits valides, a fait remarquer ce médecin.

Elle a ajouté que c’est pour tenter de remédier à cette situation d’injustice sociale manifeste qu’il faille organiser le Festival handicap « Donne–moi une seconde chance », lequel fera aussi le plaidoyer en faveur de l’insertion sociale de cette catégorie de personnes.

Il sied de signaler que ce festival se tiendra du 05 au 06 décembre 2020 à Pullman Hotel, à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo. Il va réunir les acteurs socio-économiques autour de la question de handicap en vue de les inciter et les encourager à participer à l’intégration sociale des personnes handicapées et celles qui appartiennent à un groupe de personnes vulnérables.

Un dîner de gala sera organisé le premier jour dans le but de présenter le plan stratégique de la Fondation pour la promotion des droits de personnes handicapées et de procéder à un appel de fonds pour soutenir la scolarisation des enfants handicapés dans des conditions adéquates. Le deuxième jour est dédié à la mise en lumière des activités réalisées par les personnes handicapées dans divers domaines sociaux dont la couture, la coiffure, l’art, la mode, la peinture etc, a expliqué le président de la FOGEKI.

Pour ce, le chapiteau du Pullman sera transformé en une foire composée d’au moins vingt stands dans lesquels les organisations participantes exposeront les biens et services qu’ils offrent et expliqueront le sens de leurs activités dans la société, a-t-il expliqué.

Plusieurs invités de marque y prendront part notamment la première dame de la République Denise Nyakeru Tshisekedi, l’ambassadrice de la Croix-Rouge en RDC et présidente de l’association Sans Frontière, Liliane Temuni, l’ambassadrice et championne de la promotion des droits de la femme, l’artiste Barbara Kanam, l’ambassadeur suprême international de la jeunesse pour la paix, le musicien Héritier Watanabe et la vice-présidente des Iinitiatives, Miss Zaïre 1985 et deuxième Dauphine Miss Monde 1986, Benita Murekatete. Les artistes Reddy Amisi et Gaz Mawete ainsi que les comédiens Fiston Saï-Saï et Nadia Mastor vont agrémenter ce festival initié par la Fondation Gege Kizubanata, avec l’accompagnement du ministère chargé des personnes vivant avec handicap et autres bienfaiteurs.

Rédaction