RDC : La Covid-19 a favorisé l’augmentation de 28% de cas de violences sexuelles (ONU-Femmes)

À l’occasion du lancement de 16 jours d’activisme, marqué par la journée internationale de l’élimination contre les violences à l’égard des femmes, la représentante de l’ONU-Femmes Awa Ndiaye a, au cours de la conférence de presse de la MONUSCO mercredi 25 novembre, alerté sur l’augmentation de 28% du taux des violences sexuelles à l’égard des femmes et filles.

D’après Awa Ndiaye, la Covid-19 est à la base de cette croissance.

« Comme dans le reste du monde, la pandémie de la Covid-19 a eu un impact négatif sur les femmes et les filles en RDC. Entre le 1er et 2e trimestre 2020, les cas rapportés ont augmenté de 28% alors que certains services ont diminué leurs activités », a-t-elle indiqué.

Elle a, dans cette foulée, insisté sur le fait que les femmes et les filles qui ont subi des violences ont besoin d’une aide à 360° pour se reconstituer.

Cettee haute fonctionnaire des Nations-Unies a précisé par ailleurs que le gouvernement congolais a lancé en 2020 deux plans majeurs pour lutter contre les violences. Il s’agit du deuxième plan national sur la mise en œuvre de la résolution 1326 du Conseil de sécurité de l’ONU pour les femmes, la paix et sécurité ainsi que la Stratégie nationale révisée contre les violences basées sur les genres.

De ce fait, Awa Ndiaye a appelé les professionnels des médias a joué un rôle significatif pour informer la population et dénoncer les violences dont sont victimes les femmes et filles.

« Les victimes ne sont jamais responsables des viols et des violences. Disons non à l’impunité des agresseurs et oui à la justice pour les survivantes », a-t-elle lancé.

Rappelons que le thème retenu pour l’édition 2020 de la journée internationale de l’élimination contre les violences faites aux femmes et filles est : « Financez, intervenez, prévenez, collectez ».

Jaël Moloway

À la une

Également sur Actu 30