Tentative de requalification de la majorité : Les députés FCC menacent de traduir en justice les corrupteurs et les corrompus

Dans une déclaration faite ce lundi 30 novembre 2020, des députés nationaux du Front Commun pour le Congo (FCC) condamnent toutes les manœuvres visant la requalification de la majorité parlementaire.

« …Condamnons les manœuvres de bas étage voué à l’échec par certains acteurs politiques bien-identifiés pour tenter de changer la majorité parlementaire usant par la corruption et des procédés fallacieux condamnables par nos lois récemment évoquées en plénière de notre institution. Vouloir acheter la conscience d’un élu légitime du peuple, c’est affaiblir la bonne gouvernance et la démocratie congolaise et biaiser la volonté du souverain primaire, seul détenteur du pouvoir au terme de l’article 5 de la constitution. Avec toutes les preveus de corruption qu’il détient, le FCC se réserve le droit de traduire en justice les corrupteurs et les corrompus », rapporte cette déclaration lue par Didier Manara, président du groupe parlementaire du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD).

Pour ces élus nationaux, la majorité parlementaire est déjà reconnue conformément à la constitution du pays.

« La majorité parlementaire est bien identifiée pour une législature conformément à l’article 26 de notre règlement intérieur, déclarée comme conforme à la constitution par la Cour constitutionnelle. Elle est physiquement présente par le biais de signature 305 députés présents à Kinshasa. Affirmons qu’au vu du fonctionnement de notre système politique, la majorité parlementaire identifieé pour le FCC assumera ses responsabilités et rien ne se fera légalement contre elle et sans elle », ajoute la même source.

Les députés membres du FCC appellent les acteurs politiques congolais à œuvrer pour la cohésion des institutions de la République et réitérent leur soutien à la présidente de l’assemblée nationale, Jeanine Mabunda.

Jaël Moloway

À la une

Également sur Actu 30