• fardc 1 min

Jacques Ndjoli : « Le 1er ministre ne peut pas refuser de démissionner, car il ne bénéficie ni de la confiance du chef de l’État, ni des députés »

Au cours de la plénière de ce mercredi 27 janvier sur l’examen de la motion de censure contre le premier ministre, le député national Jacques Ndjoli est revenu sur la procédure à suivre après la décheance du premier ministre.

Il a indiqué à la presse que l’impératif est que le premier ministre doit déposer sa démission dans les 24 heures auprès du chef de l’État, Félix Tshisekedi.

« La constitution et le règlement intérieur sont clairs si la motion a l’approbation de la chambre à la majorité absolue. Et bien, le premier ministre doit remettre sa démission dans les 24 heures au président de la République. C’est ça l’impératif », a dit le député Jacques Ndjoli.

Cet élu du Mouvement de Libération du Congo (MLC) a noté en même temps que le premier ministre ne peut pas refuser de démissionner après cette décheance car « Il ne bénéficie ni de la confiance du Chef de l’État, ni de la confiance de la chambre ».

Au total, 367 députés ont voté ce mercredi en faveur de la motion de censure visant la décheance du premier ministre Sylvestre Ilunga et de son gouvernement.

Corneille Lubaki

À la une

Également sur Actu 30