• fardc 1 min

Gouvernement : Le Chef de l’État doit tenir compte « de ceux qui ont accompagné l’UDPS dans son combat et non des arrivistes » (Toussaint Alonga)

Devant la presse, ce mardi 23 février 2021, le président du Parti Le Transformateur (PLT), maître Toussaint Alonga a insisté sur les critères objectifs dans la sélection des membres du gouvernement de l’Union sacrée dont Sama Lukonde est premier ministre.

S’adressant particulièrement au Chef de l’État, Félix Tshisekedi, cet allié de l’UDPS a invité le numéro un de la nation à accorder une place de choix aux combattants des valeurs et non aux arrivistes et opportunistes.

« Des critères objectifs liés à la technicité, à la moralité, à l’engagement politique et citoyen, liés également à l’obligation des résultats pour chaque membre du gouvernement.  Je voudrais que vous accordiez une place de choix aux combattants de valeurs. Ceux qui ont résisté contre les brimades, contre les flux et reflux de la vie mouvante, contre les intimidations, qui ont refusé la Corruption, qui ont accepté d’être trimés pour vu que l’objectif du changement arrive un jour », a-t-il déclaré.

Cet ancien député national a lancé un même son de cloche à Jean-Marc Kabund, président ad intérim de l’UDPS, qui, au regard des composantes de l’Union Sacrée, constitue une force majeure.

« Au premier vice-président de l’Assemblée nationale et président de l’UDPS, vous connaissez la valeur du combattant parce que nous vous considérons comme l’un des grands combattants. Nous souhaitons également que dans votre délibéré, que vous preniez également en compte le combat des autres qui ont accompagné l’UDPS dans son combat jusqu’à l’avènement de Monsieur le Président de la République », a-t-il indiqué.

Et d’ajouter : Nous refusons de voir au prochain gouvernement, les arrivistes, les opportunistes sans couleurs politiques exactes. Ceux qui se métamorphosent aux flux et reflux de la vie mouvante politique.

Me Toussaint Alonga a par ailleurs fait savoir que le nouveau gouvernement doit se distinguer par des nouvelles méthodes qualitatives de gestion, par sa perception de gouvernance différente aux autres gouvernements.

Corneille Lubaki

À la une

Également sur Actu 30