Détournement à l’EPST : L’IGF dément « une quelconque négociation » pour classer le dossier « sans suite » (communiqué)

img 20210329 wa0044

A travers une mise au point dont une copie est parvenue, ce dimanche 4 avril 2021, à la rédaction d’Actu30.cd, l’Inspection Générale des Finances (IGF) balaie d’un revers de la main la rumeur faisant état d’une prétendue concertation entre elle, la justice et certains responsables de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST).

Selon le service de communication de l’IGF, cette structure technique de la Présidence de la République n’est pas partie prenante dans « une quelconque négociation pour le classement sans suite du dossier de la gratuité de l’enseignement ».

« L’IGF réaffirme l’intégralité de son rapport ayant établi une mégestion au niveau du ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique », peut-on lire dans cette mise au point. A en croire cette source, ce dossier est en instruction au parquet général près la Cour de cassation.

Pour rappel, un communiqué lu sur les réseaux sociaux ce dimanche a fait état d’une quelconque négociation entre certains responsables de l’EPST, le parquet général et l’IGF afin d’un classement « sans suite » du dossier de malversation financière constatée dans la gestion des fonds liés à la gratuité de l’enseignement de base.

Toujours avec ce rapport de l’IGF, la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe a condamné, le 25 mars dernier, à 20 ans de prison l’Inspecteur général à l’EPST, Michel Djamba ainsi que le directeur national du Service de Contrôle de la Paie des Enseignants (SECOPE), Delhon Kampayi. Ils étaient tous poursuivis pour détournement des fonds alloués au secteur de l’enseignement.

Emery Yakamua