Kwilu : Toujours pas de plénières à l’Assemblée provinciale depuis l’ouverture de la session de mars

Aucune plénière n’a encore été convoquée par l’Assemblée provinciale du Kwilu au cours de la session parlementaire de mars, ouverte depuis le 30 mars dernier, alors que plusieurs matières de la session précédente sont en suspens.

Se confiant à Actu30.cd, le président de l’Assemblée provinciale du Kwilu, Serge Makongo Kangantima, a renseigné que l’année 2020 a été bouleversée par la Covid-19 qui empêchait la tenue régulière des plénières. Cependant, il à appelé les députés à regagner la ville de Bandundu pour rependre le travail.

« Cependant, j’invite les élus provinciaux à regagner le chef-lieu de la province pour reprendre le travail et je demande aux députés de regagner vite la ville de Bandundu pour que nous puissions accélérer avec les travaux », a lancé Serge Makongo Kangantima.

« Nous sommes un peu en retard puisque la session passée a été handicapée par cette pandémie de Covid-19. Ils ont déjà reçu les billets, donc ça ne sert à rien qu’ils puissent rester dans leurs bases respectives, » a-t-il conclu.

Pour Dieudonné Nzimbu, membre de la société civile, la non tenue des plénières à l’Assemblée provinciale du Kwilu entrave le bon déroulement des institutions provinciales, notamment l’organe délibérant et l’exécutif provincial.

À l’en croire, il y a plusieurs matières qui devront être débattues et rendues publiques en faveur de la population Kwiloise. « Mais quand vont-ils les traiter ? », s’est-il interrogé.

Il a aussi alerté que le projet de budget pour l’exercice 2021 n’a pas été adopté. « Ces matières en souffrance ont été renvoyées à la commission économique et financière pour toilettage avant de les voter en plénière. Mais, hélas, elles n’ont jamais été adoptées, on se demande comment est-ce que la province fonctionne, tout ce que le gouvernement est en train de faire, il l’exécute avec quel budget ? », a-t-il déclaré.

Il est à noter que lors de son discours d’ouverture de la session parlementaire de mars, le numéro un de cette institution avait évoqué certains arriérés législatifs qui devraient être traités au cours de cette session, notamment l’audition des différents rapports des missions d’enquêtes parlementaires diligentées à la régie financière de la province, aux trois provinces éducationnelles de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), à la santé publique. Mais aussi la question écrite adressée au ministre provincial en charge des finances.

Mufu Mabala/Bandundu-ville

À la une

Également sur Actu 30