Insécurité en Ituri et Nord-Kivu : L’état de siège décrété pour 30 jours avec remplacement des gouvernements civils par les militaires et policiers

Comme annoncé, le chef de l’État, Félix Tshisekedi a décrété l’état de siège de 30 jours dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, à travers une ordonnance lue ce lundi 3 mai par son porte-parole, Tharcisse Kasongo Mwema Yamba Yamba.

Cette décision qui débutera le jeudi 6 mai prochain est notamment consécutive à la crise sécuritaire dans cette partie du pays qui importe des mesures exceptionnelles, rapporte l’ordonnance.

« L’état de siège est proclamé sur toute l’étendue de la province de l’Ituri et de la province du Nord-Kivu pour une durée de 30 jours, à dater  du jeudi 6 mai 2021« , a déclaré le porte-parole du président de la République.

Plusieurs dispositions subséquentes à cet état de siège ont été annoncées. Parmi lesquelles le remplacement de l’administration civile par les militaires et les policiers.

« Pour faire face à la situation pendant l’état de siège, les autorités civiles des gouvernements de l’Ituri et du Nord-Kivu, celles des entités territoriales décentralisées et déconcentrées desdites provinces seront remplacées par les forces armées de la RDC et/ou de la Police Nationale Congolaise désignée à cet effet.  L’action de juridiction civile sera substituée par celle de juridiction militaire« , a-t-il lu.

À travers une autre ordonnance lue ce même lundi pourtant mesures d’application de l’état de siège, il a été rapporté que les gouverneurs et vice-gouverneurs militaires et policiers seront nommés par le Président de la République.

« Pendant l’état de siège, les gouvernements provinciaux de l’Ituri et du Nord-Kivu sont composés respectivement d’un gouverneur militaire et d’un vice-gouverneur policier. Le gouverneur, le vice-gouverneur et les autres autorités des entités territoriales décentralisées et déconcentrées de ces provinces sont nommés et le cas échéant, relevés de leurs fonctions par ordonnance du Président de la République« , a déclaré Kasongo Mwema dans la lecture de la deuxième ordonnance.

Et d’ajouter : « Les gouvernements provinciaux ainsi que les Assemblées provinciales desdites provinces (…) sont suspendus et leurs prérogatives sont transférées aux autorités militaires provinciales. Toutefois, les membres des gouvernements provinciaux et Assemblées provinciales suspendus continuent à jouir de leurs avantages sociaux »

De noter que la proclamation de l’état de siège a été déclarée après consultations du premier ministre ainsi que des présidents de deux chambres du Parlement, le Conseil supérieur de la défense entendu.

Corneille Lubaki

À la une

Également sur Actu 30