• afriland banniere

JIFA : Le Panel d’accompagnement de la mandature de la RDC à l’UA salue les actions du chef de l’État pour la promotion de la femme

En marge de la journée internationale de la femme africaine (JIFA) célébrée le 31 juillet de chaque année, le panel chargé d’accompagner la mandature de la RDC à la présidence de l’Union africaine (UA) a noté avec satisfaction l’implication du président de la République, Félix Tshisekedi, dans la promotion de la femme.


Au cours d’une conférence de presse tenue, le vendredi 30 juillet à l’occasion de cette journée, le professeur Ntumba Luaba, coordonnateur du Panel, a appelé à la valorisation de la gent féminine, tout en soulignant les actions du chef de l’État pour la participation des femmes dans les instances de prise de décision.

« Je pense que les femmes sont toujours au devant de tous les combats. C’est pourquoi nous devons leur rendre justice et reconnaître la place qui leur est dû. (…) Allons de l’avant et écrivons aussi sur les femmes du Congo qui ont constitué une référence. Et c’est bien qu’on commence à leur décerner des prix de reconnaissance. Je n’ai jamais accepté qu’on dise derrière un grand homme, il y a toujours une grande femme. C’est à côté d’un grand homme qu’il y a toujours une grande femme », a dit le coordonnateur du Panel.

Et de poursuivre : « Nous avons de la chance d’avoir aujourd’hui un president qui fait la promotion de la femme. C’est la première fois en 61 ans d’indépendance. Je crois que vous auriez dû manifester et marcher parce que c’est la première fois que nous avons une femme qui est gouverneur de la Banque centrale du Congo. Le pourcentage des femmes ministres a augmenté dans chaque équipe. Le président est pour la participation politique des femmes« .

De son côté, Jocelyne Mbuyi, conseillère de la ministre du genre, famille et enfant, a insisté sur la valorisation de cette journée de la femme africaine, en concurrence à d’autres journées, notamment celle des droits des femmes célébrées le 8 mars.

« Au moment où le monde et précisément l’Afrique va célébrer la journée internationale de la femme africaine. Je lance un appel aux États-membres de l’Union africaine pour institutionnaliser cette journée dans nos pays respectifs en y accordant une importance capitale, à travers la mobilisation des fonds pour soutenir les différentes activités« , a-t-elle lancé.

Les membres du Panel ont aussi mis en avant les activités organisées de leur côté afin d’honorer les femmes en général mais aussi d’éduquer la jeune fille en particulier.

Initiative d’Aoua Keïta, femme politique malienne, la Journée internationale de la femme africaine (JIFA) existe depuis 1964. Elle a lieu le 31 juillet de chaque année. La date du 31 juillet rappelle le rassemblement pour la première fois, en 1962, des femmes qui ont à l’occasion créé la toute première organisation dédiée aux femmes africaines : l’Organisation Panafricaine des Femmes.

Le but de ces femmes était, malgré les différences ethniques et linguistiques, d’unir leurs forces, de travailler ensemble autour d’un idéal commun, notamment celui de contribuer à l’amélioration significative des conditions de vie de la femme africaine et à son émancipation.

À la suite de la rencontre des femmes africaines à Dar Es Salam, la JIFA sera promulguée par les Nations-Unies en 1962 avant d’être officiellement consacrée le 31 juillet 1974, lors du premier Congrès de l’Organisation panafricaine des femmes qui s’est tenu au Sénégal.

Corneille Lubaki

À la une

Également sur Actu 30