• afriland banniere

Baisse des prix des surgelés : Le Mouvement des consommateurs lésés appelle l’État à cesser d’être « impuissant face aux importateurs »

Joël Lamika Kalabudi, coordonnateur du Mouvement national des consommateurs lésés (MNCL) a, au cours d’une interview accordée à Actu30.cd ce mercredi 25 août 2021, appelé le gouvernement congolais à la production locale des produits surgelés pour pouvoir nourrir sa population et de cesser d’être impuissant face aux importateurs.


Le coordonnateur du MNCL considère cette habitude de l’État congolais de pouvoir, à chaque fois, importer des produits surgelés comme étant une forme d’impuissance.

« L’Etat doit arrêter d’être impuissant. Impuissant, c’est celui qui a la main tendue, c’est celui qui ne produit pas. Donc, la première des choses, ce que l’État doit devenir producteur au lieu de demeurer importateur. Et pour produire aujourd’hui, nous avons besoin des bateaux de pêche pour produire des poissons localement. Deuxièmement, comme nous n’avons pas encore des bateaux de pêche, il est important que nous puissions s’inscrire dans une logique d’importation étatique (…). Tant que l’on continuera à tendre la main et demander le respect auprès des capitalistes véreux qui sont, pour la plupart, d’un camp politique, le gouvernement de monsieur Tshisekedi aura du mal à faire respecter la loi et la réalité des prix sur les marchés (…)« , a-t-il déclaré.

En outre, Joël Lamika dénonce la mauvaise volonté des opérateurs et importateurs des produits surgelés qui, selon lui, veulent dépouiller la population congolaise.

« Nous dénotons malheureusement qu’il y a eu volonté manifeste de la part des certains opérateurs économiques et des certains importateurs de ne pas respecter la loi de la RDC. Une volonté de continuer à piller les Congolais, une volonté de continuer à voler les Congolais », a-t-il indiqué.

A l’en croire, dès sa prise des fonctions, le ministre de l’Économie nationale, Jean-Marie Kalumba, avait instruit les opérateurs économiques de pouvoir respecter la loi quant à la structure des prix et la marge bénéficiaire.

« Le MNCL a assisté, à maintes reprises aux réunions avec le ministre national de l’Économie mais également avec les opérateurs économiques. Il s’avère qu’il n’existe pas une imposition sur la baisse des prix des produits surgelés, il est par contre demandé à ces opérateurs là de respecter la loi sur la marge bénéficiaire (…). Parce que le ministre actuel, lorsqu’il est entré en fonction, il a remarqué que la marge bénéficiaire n’avait jamais été respectée et que les importateurs faisaient la loi. Ils mettaient les prix selon les humeurs (…). C’est en ce moment là qu’il leur a demandé non seulement de baisser les prix mais de respecter scrupuleusement la loi sur la structure des prix et sur la marge bénéficiaire (…) », a-t-il expliqué.

Pour Joël Lamika, il ne se pose pas un problème de la rareté des produits surgelés sur le marché. « C’est plutôt un consortium des commerçants véreux et puis capitalistes de mauvais goût qui n’ont aucun sentiment patriotique (…) au regard de nos enquêtes sur terrain, c’est qu’ils veulent bloquer la décision de l’Etat. Ils veulent pousser l’Etat à faiblir devant eux. ils veulent produire une sorte de rupture de stock sur toute l’étendue du territoire (…) », a-t-il décrié.

Rappelons que le Mouvement national des consommateurs lésés (MNCL) a eu une entrevue, le mardi 24 août dernier, avec le ministre de l’Économie, Jean Marie Kalumba. Le ministre a demandé à ce mouvement d’être le gendarme de l’État congolais, c’est-à-dire, dénoncer les importateurs qui ne respectent pas la loi.

Ghyslaine Kanda

À la une

Également sur Actu 30