• fardc 1 min

CENI : « L’Assemblée nationale doit s’assumer et imposer un schéma de sortie » (Jonas Tshombela )

Au cours d’une interview accordée à Actu30.cd, ce mercredi 25 août 2021, le coordonnateur de la Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC), Jonas Tshombela est revenu sur le blocage observé au sein de la plateforme des confessions religieuses au sujet de la désignation de leurs délégués à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

Cet acteur de la société civile invite l’Assemblée nationale à prendre ses responsabilités car, dit-il, les confessions religieuses ont montré leurs limites. À l’en croire, l’Assemblée nationale doit doter le pays très vite de cette institution d’appui à la démocratie et que le processus d’organisation des élections à l’horizon 2023 soit déclenché.

« Je pense qu’à ce stade de l’analyse de la question, les confessions religieuses ont démontré leurs limites, certaines bien sûr. Et les conclusions sont assez un peu connues après ce riche et enrichissant débat. Et nous avons vu, la responsabilité incombe actuellement à l’Assemblée nationale. Elle doit s’assumer et même imposer un schéma de sortie parce qu’il y a des tergiversations de certaines confessions religieuses qui ne sont pas de nature à nous faire déboucher sur des élections dans un temps prévu par la constitution« , a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : « Ceci semble s’inscrire dans une stratégie bien organisée de retarder davantage pour qu’on obtienne soit une transition ou de dialogue et le partage de pouvoir des uns et des autres. Cette stratégie là est bien visible et nous l’avons déniché et nous la dénonçons du reste. »

S’agissant de la légalité du procès-verbal déposé par le groupe de 6 confessions religieuses, Jonas Tshombela estime que la phase d’interprétation des textes n’est plus au rendez-vous.

« Ceux qui ont même sollicité la prolongation, ils l’ont obtenue. Malgré la bonne foi de l’Assemblée nationale, rien n’arrive et on a mis sur pied la commission paritaire qui n’a pas convoqué toutes les parties pour comprendre qu’est-ce qu’il faut faire. Certaines ont refusé, d’autres ont répondu. A partir de ce moment-là, la balle n’est plus encore dans le camp d’interprétation des textes, la balle est au niveau de comment faire pour sortir de cette crise artificielle organisée par des agendas cachés qui tendent à retarder le processus », a indiqué le coordonnateur de la NSSC.

Pour la NSSC, les forces sociales seront en concertations le week-end pour voir les types d’actions à mener pour mobiliser la population par rapport à ce dossier.

Jonas Tshombela a invité les confessions religieuses et la classe politique à un sursaut d’orgueil national.

Soulignons qu’au niveau de l’Assemblée nationale, la commission paritaire mise sur pied pour examiner les candidatures des membres de la CENI a bouclé son travail et le dépôt de son rapport est attendu dans les prochains jours.

Yannick Ekutshu

À la une

Également sur Actu 30