• fardc 1 min

CENI : « Tshisekedi veut nommer la personne qui publiera les résultats provisoires après avoir nommé celle qui publiera les résultats définitifs » (LAMUKA)

À travers un communiqué parvenu ce lundi 16 Août 2021, le présidium de la coalition LAMUKA dit avoir évalué, ce jour, la crise politique que traverse la RDC en rapport avec la mise en place des organes de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Selon ce communiqué, après analyse, les leaders de LAMUKA font les constats ci-après :

  1. Il y a une détermination morbide de Félix Tshisekedi de mettre en place un bureau de
    la CENI totalement politisé et acquis à sa cause ;
  2. Après avoir usurpé la souveraineté du peuple congolais en janvier 2019, Tshisekedi a poursuivi sa marche contre la Constitution de la République en nommant illégalement des juges à la Cour constitutionnelle en juillet 2020 et en détournant, en décembre 2020, les équilibres fabriqués au sein du parlement.

« Pour s’assurer le contrôle de toute la chaîne
électorale, il veut maintenant nommer la personne qui publiera les résultats provisoires après avoir nommé celle qui publiera les résultats définitifs »,
déclare la coalition LAMUKA.

  1. Christophe Mboso, président de l’Assemblée nationale, est manifestement
    instrumentalisé pour préparer le glissement et la fraude électorale ;
  2. La loi organique sur la CENI promulguée au Journal officiel n’est pas le fruit d’un consensus entre toutes les parties prenantes. Elle est taillée sur mesure avec un bureau déséquilibré et politisé à outrance. D’où la confusion qui entoure la mise en place des organes de la CENI dans le cadre de cette loi inique, contestée par la majorité des parties prenantes et ;
  3. La police nationale accompagnée des milices privées sont rangées pour réprimer toute manifestation pacifique des citoyens congolais afin de les intimider et de les décourager, préparant ainsi le boulevard recherché par Tshisekeidi pour usurper une fois de plus la souveraineté du peuple congolais en 2023 ;

De ce constat, le présidium de LAMUKA déclare ce qui suit :

  1. La solution pour sortir de l’impasse actuelle reste le consensus entre toutes les parties
    prenantes sur les réformes institutionnelles ;
  2. La révision de la loi organique sur la CENI par toutes les parties prenantes est une urgence pour mettre en place un organe de gestion des élections indépendant et impartial. En effet, la CENI est une institution citoyenne qui doit servir l’intérêt général et ne peut être contrôlée par aucune des parties prenantes aux élections ;
  3. Le venin du tribalisme inoculé dans le pays par les ennemis de l’unité et de la cohésion
    nationales, sous la houlette de monsieur Félix Tshisekedi, doit être extirpé sans délai ;
  4. Le peuple congolais attend impatiemment les élections transparentes et apaisées en
  5. Aucune fraude et aucun glissement ne seront tolérés et ;
  6. Une marche nationale sera organisée dans les jours à venir sur toute l’étendue du pays
    pour exiger des réformes institutionnelles consensuelles sur l’ensemble des questions
    électorales.

Par ailleurs, le présidium de LAMUKA invite toutes les forces du changement démocratique ainsi que l’élite congolaise à se joindre à lui dans le cadre d’une mobilisation tous azimuts pour
faire échec à une dictature naissante, destructrice du pacte républicain de Sun-City, conformément à l’article 64 de notre Constitution ;

Le présidium de LAMUKA met en garde les policiers irresponsables et les milices privées contre leurs provocations et voies de fait sur les manifestants pacifiques. Il demande aussi à la CPI (Cour pénale internationale, ndlr) et aux institutions de protection des droits
humains de suivre de près le comportement de ces hors-la-loi pour qu’ils soient sévèrement sanctionnés, conformément aux instruments juridiques internationaux que notre pays a ratifiés.

Winnie Imana

À la une

Également sur Actu 30