Pollution des rivières Kasaï : Il n’y a rien de « concret » de la part du gouvernement sur terrain (Guy Mafuta)

Dans une interview accordée à la presse, lundi 30 août 2021, le député national, Guy Mafuta Kabongo, déplore la crise humanitaire qui sévit dans une partie du grand Kasaï et du grand Bandundu suite à la forte pollution des rivières Kasaï et Tshikapa.


D’après l’élu de Tshikapa, les populations riveraines de ces eaux sont abandonnées à leur triste sort.

« La situation est statique, c’est-à-dire que c’est le désarroi. Les autorités locales et même nous-mêmes au niveau national, nous avons exhorté la population à ne pas consommer cette eau, à ne pas l’utiliser comme d’habitude. On n’a pas proposé de solution de rechange. Ce qui fait que la population est contrainte d’utiliser la même eau polluée. Et à ce jour, il n’y a aucune intervention ni du gouvernement, ni des autorités locales. Donc, la population est abandonnée à elle-même. La situation est critique. Sur le plan sanitaire, nous avons beaucoup de maladies qui ont vu le jour« , a-t-il déclaré.

Concernant la visite de la vice-première ministre en charge de l’Environnement, Eve Bazaiba, au grand Kasaï, Guy Mafuta s’indigne du laxisme et de l’attentisme du gouvernement.

« En dehors des messages de réconforts, des messages de solidarité, il n’y a rien de concret. A ce jour, il n’y a rien posé en terme d’actes, en dehors des décisions et des paroles de bonnes intentions il n’y a rien. Donc, la population continue de souffrir », a-t-il ajouté.

Il sied de rappeler que Ève Bazaiba séjourne depuis quelques jours dans le grand Kasaï accompagnée des experts pour évaluer les dégâts collatéraux de la pollution des rivières Kasaï et Tshikapa.

Joël Otshudi JOA

À la une

Également sur Actu 30