• fardc 1 min

RDC : Le vice-ministre de la justice rassure de la volonté du gouvernement d’améliorer les conditions carcérales

La situation des prisons de la province du Sud-Kivu a figuré au menu de l’entretien qu’a accordé le vice-ministre de la justice, Amato Bayubasire, à la délégation de la société civile du Sud-Kivu.

Soucieux de voir s’opérer des réformes dans le secteur de la justice, le président du bureau de coordination de la société civile du Sud-Kivu, Adrien Zawadi, a expliqué que sa délégation voulait s’enquérir de la situation des prisons de la province. Car, les prisons sont en situation de délabrement très avancé.

« De manière particulière, nous avons des prisonniers qui meurent de faim. On voulait savoir qu’est-ce que le gouvernement central fait pour nourrir ces prisonniers. A Kalehe, à Kabare, dans la prison de Bukavu et ailleurs, on a l’impression que les prisonniers ne mangent pas. On voulait savoir si le gouvernement central contrôle la passation des marchés des fournisseurs des vivres dans les prisons parce qu’on ne comprend pas ce qui se passe », a-t-il indiqué.

Et de renchérir : « Nous voulons comprendre ce qui se passe réellement pour la fourniture des vivres et non vivres pour les pensionnaires des centres pénitenciers de la province du Sud Kivu « .

Autre point de cette reunion, c’est la délocalisation de la prison centrale de Bukavu.

« Pour nous de la société civile, il n’est pas question de délocaliser cette prison centrale sans qu’il y ait une étude préalable pour évaluer le prix réel de l’emplacement aujourd’hui et la valeur de la prison qu’on va construire », a affirmé Adrien Zawadi.

De son côté, le vice-ministre Amato Bayubasire s’est montré très attentif. Il a indiqué que tout est fait par le gouvernement central dans le but d’améliorer les conditions des prisonniers, notamment la création d’une commission de réception dans les prisons.

Par ailleurs, le vice-ministre de la justice a également accordé une audience au coordonnateur national de la dynamique communautaire pour le développement et la cohésion sociale, Patient Bashombe Matabisi.

À l’en croire, la cohésion sociale et la paix sont en lien avec la justice.

« Nous sommes venus échanger avec le vice-ministre de la justice pour voir dans quelle mesure, dans la stratégie de mise en place de la cohésion sociale au niveau communautaire, comment la justice peut être administrée pour cimenter la cohésion sociale », a-t-il expliqué.

Cette dynamique est une plateforme regroupant plusieurs structures de la société civile qui militent pour les questions de paix et de cohésion nationale.

Yannick Ekutshu

À la une

Également sur Actu 30