• fardc 1 min

Sud-Kivu/EPST : Plusieurs écoles conventionnées catholiques visées par des sanctions pour avoir fait payer les frais illégaux aux parents

Le directeur provincial de l’Enseignement primaire secondaire et technique, du Sud-Kivu 1, Jean-Pierre Yoy Bokete demande au coordinateur provincial et diocésain des écoles conventionnées catholiques de suspendre les chefs d’établissements qui font payer la prime aux parents d’élèves, foulant au pied la mesure de la gratuité de l’enseignement prônée par le chef de l’État, Félix Tshisekedi.

Dans une correspondance adressée au coordinateur des écoles conventionnées catholiques dont une copie est parvenue à Actu30.cd, le Proved Yoy Bokete indique que les rapports et lettres écrites des parents à sa possession font état de la perception des frais illégaux par des écoles conventionnées catholiques.

Il ajoute que certains élèves sont chassés, ces derniers jours, alors qu’ils sont dans la période des examens et que ces écoles exigent déjà les frais pour l’année scolaire 2021-2022.

A cet effet, le directeur provincial de l’Enseignement primaire secondaire et technique, du Sud-Kivu 1, demande à l’abbé coordinateur des écoles catholiques de suspendre ces chefs d’établissements qui sabotent l’arrêté du gouverneur de province portant fixation des frais de scolarité. Mais, également, ces chefs d’établissements torpillent, selon lui, l’effectivité de la gratuité de l’enseignement ainsi que l’article 43 de la constitution de la RDC.

Des écoles citées dans cette correspondance sont notamment les écoles primaires Antonino, Alfajiri, Cahi, Lestonac, Avenir, Nyalukemba ainsi que des instituts Alfajiri, Kasali, Lycée Cirezi et Avenir.

Signalons que lors de son séjour dans la ville de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu, le ministre national de l’Enseignement primaire secondaire et technique (EPST), Tony Mwaba Kazadi, avait rappelé aux responsables de ce sous-secteur en province que la gratuité de l’enseignement est non négociable. Il les avait appelé à sanctionner les chefs d’établissements qui ne respectent pas cette mesure.

Joseph Mwema depuis Bukavu

À la une

Également sur Actu 30