• fardc 1 min

Pollution des rivières : Le député Guy Mafuta lance la campagne d’identification des victimes

À travers sa fondation « Muna Yala », le député national Guy Mafuta Kabongo a donné le go de la campagne d’identification des sinistrés de la pollution des eaux des rivières Kasaï et Tshikapa.

Le lancement a eu lieu le samedi 04 septembre en marge d’une conférence-débat qu’il a animée dans l’enceinte de l’église Galilée située dans la ville de Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï.

Dans le cadre de cette opération, l’élu du territoire de Tshikapa entend identifier toutes les couches de la population concernées dont les riverains, les pêcheurs, les exploitants des diamants surpris par cette pollution ainsi que les vendeuses des poissons. Une façon, pour lui, de montrer au gouvernement central ce qui devrait être fait et comment l’opération devrait être conduite.

« Je vais lancer la campagne d’identification de tous ceux qui, directement ou indirectement étaient touchés par cette pollution. J’ai apporté au moins 10.000 fiches, c’est la fondation « Muna Yala » qui engage cette campagne. C’est un formulaire d’enquête, il y a par exemple des questions de savoir comment vous êtes touchés par cette pollution et enfin vous allez demander à la fondation d’aller plus loin avec ce dossier. En suite, entant que député, entant qu’avocat, nous saurons comment faire entendre votre voix », a déclaré Guy Mafuta.

S’agissant de la mission effectuée par le gouvernement central à Tshikapa, Guy Mafuta manifeste des craintes sur l’aide apportée par le gouvernement. Et cela, du fait que personne n’a été identifié et on ne sait à qui donner cette aide, a-t-il expliqué.

« Nous avons manqué d’identifier qui a été exactement touché. Il fallait qu’on sache combien de personnes ont été touchées, qu’on dise, nous avons autant d’hommes, autant de femmes, de telle catégorie de profession. Pour preuve, les médicaments qui sont venus, on va donner à qui ? Il y a des mamans qui font le commerce des poissons, des pêcheurs, les populations riveraines, qui les a identifiés ? Selon d’ailleurs les informations que j’aies, personne n’a été identifiée », a regretté l’élu du territoire de Tshikapa.

Par ailleurs, Guy Mafuta n’a pas ménagé la délégation du gouvernement qui s’est récemment rendue à Tshikapa et qualifie sa descente au Kasaï d’une « mission tardive ». Car, d’après lui, même les échantillons prélevés par cette délégation ou/et par le gouvernement provincial ne sont pas satisfaisants et sérieux.

« Nous avons fait des lobbyings pour que le gouvernement considère cette question comme prioritaire, mais cette mission est tardive, on a fait 31 jours sans faire des prélèvements sérieux, on m’a dit que le gouvernement provincial a fait les prélèvements et on a trouvé de fer, nickel, l’hydrocarbure (…). Ce sont des résultats que moi je récuse, pourquoi ? Parce que le prélèvement doit être fait selon les normes, les prélèvements qui ont donné lieu à ces résultats ont été faits par un collègue député qui a pris l’eau à travers sa gourde et l’a amenée à Kinshasa. Un prélèvement doit être scientifique avec des tubes stérilisées. À défaut de ça, les résultats ne seront pas fiables. L’eau qui a été polluée, devenue rouge et celle qui est prise aujourd’hui comme échantillon n’est pas la même. Tout ce qu’on fait ici, on tâtonne », a-t-il fait savoir.

Ce dimanche, le député national et prèsident national de la Fondation « Muna Yala » commence l’identification avec les pêcheurs de la ville de Tshikapa.

Pour rappel, la délégation du gouvernement central venue à Tshikapa a bouclé sa mission samedi 04 septembre. Pendant son séjour, cette délégation a remis au gouvernement provincial une cargaison de 40 tonnes de médicaments dont des anti-diarrhéiques et 135 tonnes de vivres et non vivres à remettre à la population victime de cette catastrophe.

Janderson Nyembue depuis Tshikapa

À la une

Également sur Actu 30