• fardc 1 min

RDC : « Avec ou sans Kadima à la tête de la CENI, Félix Tshisekedi sera réélu en 2023 », lance une structure pro-UDPS

Dans une déclaration à la presse mardi 31 août, à Kananga, chef-lieu du Kasaï Central, le Coordonateur National de la « Dynamique Fatshi Béton », a félicité la Commission paritaire chargée d’examiner les dossiers des candidats au nouveau bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), pour avoir validé les procès-verbaux des six confessions religieuses qui portent le nom de Denis Kadima comme remplaçant de Corneille Nangaa.

D’aprè Fabrice Bena Mulumba, la commission paritaire dirigée par André Mbata n’a fait qu’accomplir la mission qui lui a été confiée par l’Assemblée nationale, en se basant sur les textes légaux qui régissent la chambre basse du Parlement.

« À la Dynamique Fatshi Béton, nous avons accueilli avec beaucoup de joie cette nouvelle et profitons de cette occasion pour saluer avec toutes les deux mains le dynamisme avec lequel la Commission paritaire de l’Assemblée nationale chargée de l’étude des dossiers des candidatures, a fait son travail », a-t-il lâché.

Cette structure qui soutient les actions du chef de l’État a, cependant, réfuté les allégations selon lesquelles Félix Tshisekedi serait à la manœuvre pour obtenir une CENI sous ses ordres afin de gagner les élections de 2023.

Pour lui, Félix Tshisekedi sera réélu en 2023 sans aucune contestation. Cela, a-t-il souligné, avec ou sans Denis Kadima à la tête de la CENI.

« Notre position est très claire, nous ne voyons pas Félix Tshisekedi faire partie de cette Commission paritaire, ni être membre de la CENI ni de l’une de confessions religieuses, car le choix de Kadima vient de six confessions religieuses et non de Félix Tshisekedi qui ne se cachera pas derrière Kadima pour gagner les élections de 2023. Avec ou sans lui il va remporter car la population congolaise est encore avec lui et derrière lui », a expliqué Fabrice Bena Mulumba

Le Coordonnateur National de la Dynamique Fatshi Béton a invité tous les acteurs politiques à faciliter le déroulement harmonieux du processus électoral afin d’éviter au pays de futures contestations des résultats en cas de perte de l’électorat.

Il faut rappeler qu’à l’issue de la réunion du mardi dernier avec le président du Sénat, le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, a annoncé pour bientôt la convocation d’une séance plénière qui portera sur la question de la désignation des animateurs de la centrale électorale.

Mwambilayi/Kananga

À la une

Également sur Actu 30