• fardc 1 min

RDC : « Les opérations d’identification et de recensement de la population vont aller jusqu’en mai 2023 » (Min. du Plan)

Le premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a reçu, ce mardi 07 septembre 2021 à Kinshasa, les membres de la Commission mixte d’experts sur les opérations de recensement et d’identification de la population, notamment l’Institut national des statistiques (INS), l’Office national d’identification de la population (ONIP) et la Commission électorale nationale indépendante (CENI), conduits par le ministre d’État en charge du Plan, Christian Mwando Nsimba.

D’après ce dernier, ces échanges s’inscrivent dans le cadre de la mise en place des stratégies et des mécanismes pour l’identification et le recensement de la population en prélude des élections de 2023. Il a, à l’occasion, fait savoir que les opérations d’identification et de recensement de la population vont aller jusqu’en mai 2023.

« Le premier ministre avait mis en place une Commission mixte constituée des membres de la Primature, du ministère du Plan, de l’INS, de l’ONIP et de la CENI afin d’essayer de trouver une modalité pour mettre en commun les travaux qui doivent être faits pour, d’une part, le recensement général de la population et, d’autre part, l’identification de la population et l’enrôlement des électeurs. Donc, pour diminuer le coût, on a mis les trois opérations ensemble. Les opérations d’enrôlement qui seront faites avec l’appui de la CENI vont être terminées normalement, si tout va bien, l’année prochaine. Tandis que les opérations d’identification de la population et le recensement général vont aller jusqu’en mai 2023. Ceci va permettre, d’une part, d’avoir les enrôlés pour préparer les prochaines élections suffisamment à temps et, d’autre part, d’avoir les cartes d’identité d’ici à mai 2023. Et à côté de cela, avoir un outil de planification en connaissant le nombre d’habitants en République démocratique du Congo et le nombre de structures sociales et de travail en RDC », a déclaré le ministre Mwando.

Par ailleurs, le patron du Plan a annoncé le coût global de toutes ces opérations mises ensemble, qui est évalué à environ 600 millions de dollars américains.

« Donc, c’est un travail important. C’est un travail mutualisé. Le budget a été donné. Il sera pour toutes les trois opérations, autour de 600 millions de dollars. Alors qu’au départ si chacun faisait ses opérations séparément, on devrait être autour de 900 millions de dollars américains. Donc, le premier ministre a donné des instructions pour que ce dossier soit présenté au Conseil des ministres pour être avalisé. Ensuite, nous commençons déjà les opérations de manière à ne pas être en retard, que ça soit pour l’enrôlement des électeurs, l’identification de la population pour la planification. Nous allons aller par palier. Le premier palier doit commencer incessamment. C’est la cartographie générale de la population pour savoir où est-ce que les gens vont être déployés », a ajouté le ministre du Plan.

Pour rappel, la question du recensement de la population ne fait pas l’unanimité au sein de la classe politique congolaise. Certaines personnalités politiques saluent l’initiative et estiment que cela va permettre d’identifier la population en vue de leur doter d’une carte d’identité. Cependant, d’autres qui désapprouvent cette démarche du gouvernement, pensent le recensement pourrait retarder la tenue des prochaines élections prévues en 2023.

Joël Otshudi JOA

À la une

Également sur Actu 30