• fardc 1 min

Investiture du bureau de la CENI : Pour un cadre de LAMUKA/Kasaï Central, le chef de l’État « n’a pas violé la constitution »

Un cadre du parti Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé) et porte-parole de LAMUKA au Kasaï Central s’est exprimé sur l’investiture de Denis Kadima comme président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), jeudi dernier.

Dans une interview accordée à la presse locale à Kananga, Matthieu Kafuanda a fait savoir que le chef de l’État, Félix Tshisekedi, n’a pas violé la loi en investissant le nouveau de la centrale électorale de la République démocratique du Congo.

« Selon la constitution de la RDC, le schéma possible aboutit par la signature de l’ordonnance du chef de l’État qui reconnaît, qui atteste, qui confirme, qui prend acte de la désignation de M. Denis Kadima à la tête de la CENI. C’est une pratique constitutionnelle, une pratique régulière qui relève de ses attributions et ses compétences. Le chef de l’État n’est pas allé à côté et n’a pas violé la constitution. Il n’a rien fait d’extraordinaire (…) », a-t-il déclaré.

Félix Tshisekedi a investi Denis Kadima et toute son équipe après son entérinement par l’Assemblée nationale. Dans son adresse à la Nation du vendredi dernier, le président Tshisekedi avait indiqué que le processus de désignation de ces nouveaux membres de la CENI s’est fait de « manière régulière ».

Cependant, l’investiture du nouveau bureau de cette institution d’appui à la démocratie ne fait pas l’unanimité au sein de la classe politique congolaise. Les formations politiques comme LAMUKA, FCC (Front commun pour le Congo) et Ensemble de Katumbi rejette cela, tout en récusant le nouveau président de la CENI, Denis Kadima. Ce dernier est jugé proche du chef de l’État. Ces forces politiques, en revanche, appellent à un consensus autour de cette question pour un processus électoral apaisé, crédit et transparent.

Mwambilayi/Kananga

À la une

Également sur Actu 30