• fardc 1 min

Kasaï Central : Le gouvernement provincial appelé à restructurer la DGRKAC pour mobiliser plus de fonds

La province du Kasaï Central fait face au défi de la faible mobilisation des recettes propres pour la mise en œuvre de sa politique. Ce qui ne permet pas aux autorités provinciales d’exécuter les projets inscrits dans le budget annuel.

Pour contourner cette difficulté, le député provincial, élu de la ville de Kananga, Marcel Tshipepele Ntumba, invite le gouvernement provincial à restructurer le plus vite possible la Direction Générale des Recettes du Kasaï Central (DGRKAC) afin de faciliter la mobilisation et la maximisation des recettes pour le budget exercice 2022.

« Personnellement, nous proposons à l’exécutif de doter la DGRKAC d’un dirigeant répondant et responsable. Vous savez qu’il y a plus de 2 ans que la DGRKAC a un chargé des missions qui n’a pas été nommé officiellement par une décision de l’autorité provinciale. Cela est d’ailleurs à la base du coulage des recettes et du faible taux de mobilisation des recettes qui ne permettent pas à la province de réaliser ses projets. On ne peut pas dire qu’il n’y a pas des recettes au Kasaï Central, mais toutes ces recettes prennent des routes inconnues, faute des dirigeants responsables », a déclaré cet élu provincial à Actu30.cd, le lundi 04 octobre 2021.

Ce parlementaire qui est aussi président de la Commission économie et finances de l’Assemblée provinciale du Kasaï Central accuse, par ailleurs, le gouverneur intérimaire d’avoir bloqué, sans aucune raison valable, la mise en place d’une Commission paritaire pour statuer sur la nomination d’un responsable à la tête de la régie financière provinciale. Ce dirigeant, d’après lui, devrait avoir pour mission de recadrer et canaliser les recettes pour la vie de la province. Cela, en attendant l’arrivée du futur gouverneur qui prendra une décision finale.

À propos de l’édit budgétaire, exercice 2022, qui sera voté au cours de cette session de septembre à l’Assemblée provinciale, Marcel Tshipepele Ntumba invite le gouvernement provincial à proposer un budget réaliste et réalisable qui reprend toutes les priorités de la population, entre autres, la lutte anti-érosive, l’entretien des infrastructures routières et tant d’autres.

« L’image que nous voulons voir du budget 2022 est que nous voulons d’un budget réaliste et réalisable, parce que nous faisons le constat, chaque année il y a des lignes, des rubriques du budget qui ne sont pas prises en compte. Il y a des chiffres qu’on avance, mais au finish, on n’arrive pas à les réaliser. Nous nous attendons aussi à l’augmentation de ce budget à la différence de celui de cette année 2021 qui s’achève. Un budget qui devrait tenir compte de besoins de la population, notamment l’électricité, l’entretien des infrastructures routières, l’eau et la lutte contre les érosions sur la ville de Kananga », a renchéri l’élu de cette ville.

En outre, il rappelle au gouvernement provincial la nécessité de s’impliquer pour mettre en place des projets qu’il sera en mesure de réaliser, même sans les fonds du gouvernement central, mais plutôt avec les fonds propres de la province mobilisés par la DGRKAC.

« Nous ne pouvons pas continuer à attendre le gouvernement central. Nous devons mobiliser les fonds propres à la province, les recettes locales en mettant en place des mécanismes pour permettre la mobilisation et la maximisation des recettes à travers la DGRKAC », a-t-il conclu.

Ainsi, Marcel Tshipepele Ntumba invite le gouvernement provincial à déposer dans le délai, l’édit budgétaire exercice 2022 afin d’éviter la crise connue entre les deux institutions au sujet du dépôt du budget 2021, intervenu avec un grand retard et après des tractations.

Mwambilayi/Kananga

À la une

Également sur Actu 30