• fardc 1 min

Kasaï Oriental-Hausse du prix d’essence : Un litre passe de 3000 à 4000 voire 4500 FC à Mbuji-mayi

Le prix d’essence a galopé sur le marché de la ville de Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï Oriental, depuis quelques jours. Un litre de ce produit pétrolier passe de 3000 à 4000 voire 4500 selon les endroits.

Cette situation influence négativement le prix du transport en commun dans cette ville. Dans le chef-lieu du Kasaï Oriental, une course en moto-taxi est passée de 500 à 100 voire 1500 FC.

Par conséquent, la population qui en pâtit, appelle à une solution urgente de la part des autorités provinciales du Kasaï Oriental.

« La hausse du prix des carburants nous inquiète beaucoup. C’est nous qui en subissons. Il n’existe presque pas de transport de 500 FC, peu importe la distance. Que les autorités revoient très vite la situation », a plaidé un étudiant interrogé par Actu30.cd.

De son côté, le directeur provincial de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) au Kasaï Oriental, Dominique Ilunga, a indiqué que la situation est due au refus de la SNCC (Société nationale des chemins de fer) de transporter les fûts et bidons des produits pétroliers, conformément à la décision du ministre national des hydrocarbures.

« La SNCC se réfugie derrière la mesure du ministre national des hydrocarbures interdisant le transport des produits pétroliers dans des fûts et bidons. Mais cette mesure d’interdiction ne concerne que la zone Ouest, alors que nos amis semblent la généraliser. C’est ainsi que les pétroliers s’étaient réunis au niveau de la FEC. Nous avons écrit, nous avons saisi la province pour pouvoir contacter le ministre national afin d’instruire la SNCC de transporter les produits pétroliers », a déclaré le président provincial de la FEC/Kasaï Oriental.

Et d’ajouter : « Nous n’avons pas des routes pouvant permettre à ce que les camions citernes quittent Lubumbashi ou Kinshasa et arrivent facilement au Kasaï Oriental sans connaître des accidents. Nous sommes dans une province enclavée et les conditions des routes ne permettent pas à ce que cette mesure du ministre s’applique facilement. Voilà pourquoi nous sollicitons un moratoire ».

Pour rappel, après un incendie qui a fait un mort dans le marché Bakwadianga, à Mbuji-mayi, le ministre des Hydrocarbures, Didier Budimbu, avait interdit le transport des carburants dans les fûts et bidons.

James Mushiya/Mbuji-mayi

À la une

Également sur Actu 30