• fardc 1 min

Le PPRD Kambere sur l’entérinement de Kadima : « Vous ne pouvez pas aller jouer un match tout en sachant que l’arbitre a été déjà acheté »

Dans une interview accordée à Actu30.cd, lundi 18 octobre 2021, le secrétaire permanent adjoint du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), Ferdinand Kambere, rejette l’entérinement de Denis Kadima à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) par l’Assemblée nationale.

Le secrétaire permanent adjoint du parti politique de Joseph Kabila dénonce une « fraude » organisée au niveau de la Commission paritaire mise en place à l’Assemblée nationale pour examiner les candidatures des membres de la CENI.

« Kadima est défendu par l’UDPS et l’Union sacrée, ceux qui jubilent c’est l’UDPS et l’Union sacrée. La commission paritaire était de l’Union sacrée, les confessions religieuses ont été logées par la majorité de l’Union sacrée, alors nous aurons aussi une CENI aux ordres de l’Union sacrée. Alors, c’est pour quelles élections ? C’est pour ça que les gens se sont battus, vous pensez que les catholiques ont organisé les marches depuis 1990 est-ce que c’est pour avoir ça aujourd’hui ? Non. Aujourd’hui, le chef de l’État est mis devant ses propres responsabilités parce qu’il avait déjà agi au cas de [Ronsard] Malonda pour rejeter son entérinement. », a déclaré Ferdinand Kambere.

Pour le secrétaire permanent adjoint du PPRD, sa famille politique ne va pas tolérer qu’il y ait élections avec une CENI non indépendante, au cas où le chef de l’État confirmait la l’entérinement de Denis Kadima.

« On tirera toutes les conséquences et lui avec sa majorité Union sacrée, parce que le peuple ne marchera pas avec lui. Vous ne pouvez pas aller jouer à un match tout en sachant que l’arbitre a été déjà acheté. Ils font tout pour faire souffrir la population. Aujourd’hui, le social est où ? Nous n’allons pas permettre qu’il y ait élections avec une CENI non indépendante », a-t-il ajouté.

Pour rappel, l’entérinement de Denis Kadima par l’Assemblée nationale, intervenu le samedi 16 octobre dernier, ne cesse d’être rejeté par l’opposition qui dénonce le manque de consensus autour de sa désignation au niveau des confessions religieuses. Ce nouveau président de la CENI a été choisi par six sur les huit confessions religieuses. Les églises catholique et protestante continuent à contester cette procédure de désignation de Denis Kadima.

Jaël Moloway

À la une

Également sur Actu 30