• fardc 1 min

Maï-Ndombe : Des blessés et plusieurs infrastructures détruites après un vent violent à Mushie

Plus d’une centaine d’infrastructures détruites et quelques personnes blessées parmi lesquelles 5 enfants, tel est le bilan provisoire de la catastrophe naturelle survenue la nuit de samedi 23 octobre 2021, dans la province du Maï-Ndombe, précisément dans le territoire de Mushie.

Selon le député national, Didas Pembe, élu de la circonscription électorale de Mushie, un vent violent accompagné d’une pluie diluvienne a soufflé le samedi 23 octobre, vers 17 heures, heure locale, et qui n’a duré que près d’une dizaine de minutes. Mais ces intempéries ont causé des dégâts énormes, emportant plus de 100 infrastructures dont des maisons d’habitation ainsi que des écoles.

« Face à cette détresse, je demande au gouvernement tant central que provincial d’apporter l’aide nécessaire pour secourir cette population meurtrie qui ne sait plus à quel saint se vouer. Cette population n’a plus un endroit pour vivre car il y a des dizaines et des dizaines de familles qui restent sans abri. Il y a des écoles dont les toitures ont été arrachées », rapporte Didas Pembe.

Cet élu appelle le gouvernement tant provincial que central à penser aux victimes et surtout à avoir « le cœur d’un père de famille pour pouvoir aider la population de Mushie qui souffre actuellement ».

Ce parlementaire dénonce le fait que cette catastrophe naturelle passe comme inaperçue chez les autorités compétentes.

« Nous avons eu quelques catastrophes, chez nous, dans le Maï-Ndombe. Nous avons connu des accidents, mais ça, c’est passé dans une indifférence totale. Nous ne voudrions pas que ces genres des choses s’installent chez nous dans nos mentalités. Je demande au président de la République, au chef du gouvernement et aux ministres de s’impliquer personnellement pour que la population de Mushie puisse être assistée dans ce moment tellement difficile », demande-t-il.

Il sied de rappeler que cette catastrophe naturelle intervient après celle du 03 mars 2017, toujours dans le même territoire.

Mufu Mabala/Inongo

À la une

Également sur Actu 30