• fardc 1 min

Mbuji-Mayi : Les prix du transport urbain ont doublé après la hausse du prix d’essence, dont le litre est passé de 3400 à 5500 FC

Un litre d’essence qui se vendait à 3000 voire 34000 francs congolais il y a une semaine à Mbuji-Mayi, chef-lieu du Kasaï Oriental, se négocie, ce mardi 18 janvier 2022, à 5500 voire 6000FC dans les différents points de vente de cette ville.

Selon le constat fait par Actu30.cd dans plusieurs parkings des motocyclistes, cette hausse du prix d’essence a impacté négativement les prix du transport urbain.

En effet, les conducteurs de taxis-motos ont décidé de doubler le prix de la course. D’autres ont même triplé le prix de la course. Par exemple, une course de 500 FC est passée à 1000 FC voire 1500 FC.

« Le coût de transport est très élevé. Nous ne savons pas pourquoi. Pour quitter au niveau du poste jusqu’au marché Bakwa Dianga ici, c’est 1000 francs congolais. Avant, c’était 500 francs seulement. C’est doublé. Même ici à l’entrée du camp jusqu’à Bakwa Dianga, c’est 1000 FC mais les autres demandent 1500 FC. Avant nous payions seulement 500 FC soit 700 FC », a expliqué un client à notre micro.

De leur côté, quelques motocyclistes disent être en désaccord avec les clients à cause de cette situation.

« Ça nous pose vraiment des problèmes avec les clients. Quand tu mets le prix de 1000 ou 1500 francs, ils se lamentent qu’ils n’ont pas d’argent. Mais, on travaille avec le même prix, or le carburant est monté », se plaint l’un des motocyclistes.

Pour le président provincial de l’Association des importateurs des produits pétroliers (APIKOR), cette hausse du prix d’essence fait suite à la carence de ce produit pétrolier dans la ville de Lubumbashi, dans le Haut-Katanga, où s’approvisionnent les ressortissants du Kasaï Oriental.

Pour rappel, lors du Conseil des ministres de vendredi 14 janvier, la question des stocks de carburants a été abordée. Au sujet des informations qui annoncent une forme de pénurie dans la zone sud de la RDC, le premier ministre, Sama Mukonde, a invité les ministres en charge des Hydrocarbures et de l’Économie nationale à veiller, chacun en ce qui le concerne, afin que le pays ne tombe dans une pénurie ou dans l’inflation des prix à la pompe.

Merveille Mpandanjila

À la une

Également sur Actu 30