• fardc 1 min

Présumé détournement au ministère de la Santé : Le PDSS dément son implication et dit détenir des pièces justificatives de ses dépenses (Mise au point)

Dans une mise au point parvenue dimanche 13 février 2022 à la Rédaction d’Actu30.cd, l’Unité de gestion du Programme de développement du système de santé (PDSS) dément son implication dans le prétendu détournement de 300 millions de dollars américains au ministère de la Santé de la République démocratique du Congo.

Par ailleurs, l’UG-PDSS dit détenir toutes les pièces justificatives de ses dépenses et affirme être prête à les fournir à l’Inspection générale des finances qui a dénoncé ce présumé détournement. Elle apporte donc 10 réponses aux préoccupations de l’IGF.

« Nous réaffirmons que pour l’essentiel de ces dépenses (pour plus de 4 millions de USD) les pièces originales existent et sont disponibles dans les établissements publics en provinces.
Certaines dépenses (pour plus de 2 millions de USD) sont enregistrées dans notre comptabilité comme avances à justifier au moment du passage de la mission de l’IGF », lit-on dans la mise au point du PDSS.

Et d’ajouter : « En outre, la disposition de travailler avec les pièces scannées avait été prise depuis 2020. Notre demande est que soit on diligente une mission indépendante pour vérifier l’existence de ces pièces ou soit on nous autorise à aller les prendre en provinces ».

En ce qui concerne, l’existence des dépenses de 2.313.368 USD qualifiés d’inéligibles par la Banque mondiale et remboursés au bailleur par la RDC, l’UG-PDSS indique que cette situation ne concerne pas la coordination actuelle, car datant de la période entre 2016 et 2019.

Pour ce qui est de 224.990 USD restitués au ministère de la Santé en juin 2020, elle indique que « ces fonds du ministère de la Santé avaient été mis à la disposition pour faciliter l’achat par le PDSS de 3 ambulances ».

« Ces fonds ne viennent pas des ressources de la Banque mondiale. Vu que l’achat n’avait pas été réalisé, nous avons retourné l’argent dans le compte du ministère », ajoute la même source.

Au sujet du non-respect des dispositions fiscales en RDC se traduisant par la non imposition des rémunérations versées au personnel du projet, le PDSS affirme que tout a été déjà réglé bien qu’en retard.

En rapport avec les allégations de l’IGF sur l’anomalie dans la gestion des ressources humaines, l’UG-PDSS indique que « le paiement de la prime de performance est tributaire de l’évaluation et obtient toujours la non-objection de la Banque ».

L’UG-PDSS rappelle ainsi qu’il gère 4 projets et que pour chacun de ces projets, il existe un cadre de suivi avec des indicateurs de performance. Ces projets doivent contribuer à améliorer l’état de santé de la population.

L’UG-PDSS réaffirme son engagement à poursuivre sa mission de renforcer le système de santé, étant l’un des programmes importants du ministère de la Santé publique en RDC.

À la une

Également sur Actu 30