• afriland banniere

RDC – 42è anniv de la mort de Gisaro Muhoza : La communauté Banyamulenge salue la mémoire d’un « homme surdoué et sans frontières »

Du 16 mars 1980 au 16 mars 2022 : 42 ans, jour pour jour depuis que Gisaro Muhoza Frédéric a quitté la terre des ancêtres.

La communauté Banyamulenge réunie à Kinshasa, en collaboration avec la famille du défunt, ont honoré la mémoire de l’illustre disparu en organisant en sa mémoire un culte d’actions de grâce au sein de l’église locale de la Communauté Baptiste du Fleuve Congo (CBFC) où il était fervent chrétien.

Durant ce culte teinté des chants, prières et témoignages, l’oratrice du jour, a basé son message dans le livre d’Ecclésiaste 1:4 et 9:10.

Elle a appelé l’assemblée à maximiser leur temps en posant de bons actes pour laisser des emprunts après la mort. Et surtout à travailler pour hériter le royaume des cieux.

Notons que Gisaro Muhoza fut le tout premier Munyamulenge a avoir émergé dans l’administration et la politique à la République du Zaïre. C’est au cours de l’exercice de son mandat électif comme député national dans la zone d’Uvira, au Sud-Kivu, qu’il sera éteint.

En ce jour, l’on ne peut que parler de lui car, il a fait l’unanimité au sein des communautés Banyamulenge, Bafulira, Bavira et Babembe.

Ainsi, une gerbe de témoignages était enregistrée pendant ce culte auprès de ceux qui l’ont connu et/ou mieux vécu avec lui.

Pour certains, Frédéric Gisaro fut un homme à plusieurs casquettes notamment, l’homme de la paix, un surdoué, un intègre, un homme sans frontière. Pour d’autres, il fut celui qui a prôné l’accès à l’éducation et l’unité nationale.

Il vaut mieux de préciser également que Frédéric Gisaro Muhoza était un grand leader politique d’Uvira, un rassembleur qui est parti à l’âge de 38 ans après avoir occupé plusieurs fonctions au pays en dix ans seulement.

Pour la communauté Sud-Kivucienne, il est question d’une réjouissance pour les résultats à ce jour des fruits de la semence du feu Gisaro, son fils Alexis Gisaro Muvunyi, actuellement, ministre d’Etat en charge des Infrastructures et travaux publics.

À son tour, Alexis Gisaro a résumé son speech dans le cantique du Groupe Gaël « C’est encore possible ». Pour lui, il est encore possible de redorer les blasons ternis de ce beau pays ; de restaurer la paix entre les différentes communautés.

Signalons que plusieurs personnalités ont manifesté leur présence à ce rendez-vous, entre-autres, le président du Sénat, le chef de la Maison civile du chef de l’État, des membres du gouvernement, sénateurs et députés.

Rachel Kitsita

À la une

Également sur Actu 30