• ceni banner

Pape en RDC : « Qui veut noyer le Cardinal Ambongo se noiera lui-même » [Tribune de Rufin Kitoko]

LE CARDINAL FRIDOLIN AMBONGO, LE JEAN-BAPTISTE DU PAPE FRANCOIS EN RDC

HALTE AUX INJURES

Du 31 janvier au 03 février 2023, le Pape François a visité la RDC. Un projet et un vœu ardent qui date de quelques années, remis sur la sellette et rendu possible grâce à l’invitation officielle du Président de la RDC adressée au Saint Père.

D’un regard perçant sur le déroulé de la visite du Pape, l’on s’en rend vite compte qu’elle était à la fois une « visite d’Etat » du Chef Suprême de l’Etat du Vatican et une « visite pastorale » du Chef Suprême de l’Eglise catholique romaine. Vue sous ces lunettes et prise comme telle, l’on comprend, d’une part, l’implication sans réserve du gouvernement congolais et, d’autre part, celle combien fervente de l’Eglise catholique en RDC à travers la toute puissante Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) et l’Archidiocèse de Kinshasa en la personne de Son Eminence Fridolin Cardinal Ambongo Besungu. 

Pour mieux faire asseoir son message de réconciliation et de paix dans le cœur des congolais,  l’Eglise vaticane, si bien structurée, est restée égale à elle-même : elle a fait jouer au Cardinal Archevêque de Kinshasa le rôle de Jean-Baptiste et laisser celui de Jésus s’incarner par la voix du Pape, pour dénoncer dès l’entame de la tranche officielle de la visite, le « colonialisme économique » des prédateurs des minerais de sang à l’Est de la RDC : « Retirez vos mains de la RDC et de l’Afrique ». Le Saint Père a dénoncé sans ambages : la RDC n’est pas « une mine à exploiter », encore moins à « dévaliser ». Il est allé plus loin, avec la plus grande thématique sortie de sa bouche : « le génocide oublié des Congolais ». Enfin, certains  auditeurs du Pape, apparemment ivres du pouvoir, ne l’ont pas entendu fustiger le tribalisme, devant les officiels de la RDC. Face à ces dénonciations hyper prophétiques, ni le gouvernement de la RDC, ni ses persifleurs, encore moins des journalistes  ne pipent mot. Personne ne prend le relais du Pape. C’est très grave pour une société à la dérive. 

A l’écoute de toutes ces dénonciations faites par le Pape et à bien lire globalement la visite du Pape François en RDC, ceux qui s’en prennent au Cardinal Fridolin Ambongo semblent avoir peu de lucidité, qui devrait leur faire comprendre que c’est  dans le message du Pape que se trouve ce que le monde et les congolais étaient en droit d’entendre. Pourquoi vouloir que le Cardinal Archevêque de Kinshasa, parle de l’agression rwando-ougandaise, dès lors que son Chef Suprême, en l’occurrence le Pape, avaient déjà eu des mots justes et prophétiques pour s’adresser aux puissants du monde et aux agresseurs, prédateurs de la RDC ? Pourquoi cherche-t-on des poux sur la tête d’un Cardinal chaume, alors que son Chef avait tout dit en intelligible voix et à qui de droit ? 

Le recul du temps nous rappelle qu’après sa tournée pastorale à l’Est de la RDC (Nord Kivu et Ituri),  devant la presse, le Cardinal Fridolin Ambongo avait fait allusion clairement à un plan de balkanisation intelligemment orchestré par des forces obscures, qui s’activent à dépeupler les villages des zones minières par des tueries monstrueuses pour les repeupler par des populations venues d’ailleurs sous couverts de soi-disant réfugiés. Comme dans toute société à la dérive, quelle était la réaction des militants ivres du pouvoir contre l’Archevêque de Kinshasa à l’époque ?

Cette fois-ci, heureusement, c’est le Pape lui-même en présentiel, qui s’est adressé aux puissants, pillards, pilleurs, prédateurs et colonialistes économiques de la RDC. Revenons sur le rôle de Jean-Baptiste joué par le Cardinal Fridolin Ambongo,  » trouble-fête « , à côté de Saint Père.  Rien que les thématiques de la pauvreté, souffrance, élections  attirent contre le Cardinal Fridolin Ambongo les foudres de la milice dite « les Nzoi » (abeilles) de la 10ème rue Limete à Kinshasa. Mais que serait-il advenu au Cardinal Fridolin Ambongo s’il avait joué le rôle du Pape ? Nul ne saurait y répondre. 

En effet, le Cardinal Fridolin Ambongo a présenté sommairement au Pape le peuple congolais meurtri,  peuple qui souffre dans son corps et dans son âme, sans faire allusion, ni insinuations à la cause de cette souffrance, qui n’est plus qu’un secret de polichinelle.

Le Cardinal a demandé au Pape de prier pour le peuple congolais meurtri pour qu’il n’y ait pas des tensions sociales lors des élections qui se pointent à l’horizon et que celles-ci soient crédibles, inclusives, transparentes et apaisées afin de minimiser ces tensions sociales. 

Soyons sincères entre nous, dans un esprit de « réconciliation et paix » prêchées par le Pape. Le Cardinal a-t-il dit autre chose que le Président Félix lui-même à la tribune des Nations-Unies ? Parler d’élections libres, inclusives, transparentes, crédibles égale à être porte-parole des opposants? Le président Félix l’est-il devenu ? Publiquement au parlement, le 1er fonctionnaire, les plus congolais que les autres peuvent parler de la souffrance des congolais, mais pas le Cardinal ! 

Soyons honnêtes entre nous, dans un esprit de « réconciliation et paix » prêchées par le Pape, et poussons davantage notre  réflexion sur les faits réels. Vrai ou faux le peuple congolais souffre dans son corps et dans son âme? C’est vrai parce que d’une part, la pauvreté règne et d’autre part on décapite des familles entières à l’est, à Rutshuru,  à Masisi, à Nyrangongo, à Beni, à Djugu, à Kwamouth, faisant des millions de déplacés et des réfugiés internes sans assistance. C’est bien vrai parce qu’une partie du territoire  de la RDC est constituée tacitement en zone tampon, occupée par des envahisseurs étrangers, qui lorgnent les mines de coltan et autres minerais et, surtout les terres congolaises. Enfin, c’est d’autant plus vrai qu’en cette année 2023 dite électorale, les risques des violences et/ou de tensions sociales sont élevés.  Nul n’ignore que les élections, partout dans le monde, provoquent des tensions sociales. La RDC n’en sera pas épargnée. 

Cela étant, en quoi la supplique du Cardinal Archevêque de Kinshasa au Pape, pour une prière continuelle en faveur de la RDC, dérangerait-elle les esprits épris de réconciliation et de paix ? Comment expliquer l’avalanche de violence verbale et l’escalade d’insultes pour une simple et humble demande de prière que le Cardinal Fridolin Ambongo adresse à la piété de Sa Sainteté le Pape, à la fin d’une eucharistie à l’aéroport de Ndolo envahi par plus d’un million des catholiques et des hommes de bonne volonté ? Que cacherait les diatribes, invectives et menaces proférées par les pro pouvoir contre le Cardinal Archevêque Métropolitain de Kinshasa ? Qu’en pensent les cerveaux éclairés par la ratio ? 

Il sied de relever une incongruence qui émerge vite : D’un côté, les fanatiques viscéraux  applaudissent le Pape pour tous ses gestes et paroles et de l’autre, ils insultent le cardinal Fridolin qui est l’un des Conseillers membre du Cercle de huit cardinaux (C8) proche du Pape,  et qui doit avoir participé à la rédaction du discours du Pape François. Y comprend-t-on quelque chose ?

Cette incongruence comportementale est révélatrice d’un certain état d’imaginaire collectif pathologique, lequel est aux antipodes du vivre-ensemble et des transcendantaux de l’intersubjectivité congolaise. Il devient lucide que « plus l’ignorance gouverne les esprits faibles, plus la violence devient leur seul recours ». Bien plus, il y a de quoi se demander si le calendrier électoral publié par Monsieur Kadima ne serait qu’un trompe œil, du bleuf, un leurre et un mensonge. 

En tout état de cause, le gain électoraliste tant rêvé et souhaité par certains politiciens pro pouvoir de Kinshasa, qu’ils auraient voulu tirer de la visite du Pape en RDC semble se tourner en perte, du fait des injures publiques contre le Cardinal, Conseiller privilégié du Pape. Une conviction est donc à partager : Qui veut noyer son chien l’accuse de rage. Mais celui qui voudrait noyer le Cardinal Fridolin Ambongo va se noyer lui-même.

Rufin KITOKO

À la une

Également sur Actu 30