• ceni banner

RDC : Matata Ponyo invité à fournir les preuves de la rétrocommission lui demandée par le ministère des Finances sinon il sera poursuivi pour imputations dommageables, (Correspondance)

Dans une correspondance adressée au sénateur Augustin Matata Ponyo et dont copie est parvenue à la rédaction de Actu30.cd, il est demandé à l’ancien premier ministre de présenter au service du ministère des Finances les preuves de la rétrocommission dont il a fait mention il y a quelques jours.

« Le cabinet du ministre des Finances a suivi vos déclarations, tant lors de votre allocution du 28 janvier, lors de la sensibilisation à l’enrôlement que sur votre compte Twitter selon laquelle il vous aurait été demandé de payer 20 % de rétrocommission pour obtenir le paiement des études réalisées par votre cabinet au profit du gouvernement. Le cabinet du ministre des Finances, par sa cellule Bonne gouvernance et contrôle, vous invite à lui fournir les informations pertinentes sur la ou les personnes membres du cabinet ayant exigé une rétrocommission de 20% en rapport avec votre dossier afin qu’une enquête soit menée et, le cas échéant, des sanctions soient prises », dit la correspondance signée par le directeur de cabinet du ministre des Finances.

Il est accordé 3 jours au sénateur Matata pour déposer ses éléments de preuve au risque d’être poursuivi en justice.

« Compte-tenu de la flagrance et de la gravité de vos déclarations tant sur la réputation que sur l’image non seulement du ministère des Finances mais aussi et surtout les services publics, un délai de trois jours vous est accordé. Dépasser ce délai, le ministère des Finances se réserve le droit de saisir la justice pour : injures publiques, imputations dommageables, outrage envers les autorités publiques et propagation de faux bruits », conclut cette correspondance.

Dans cette même lettre, il est rappelé au sénateur Matata Ponyo que le ministère des Finances dispose d’un mécanisme mis en place qui permet à quiconque, victime ou témoin d’un acte d’antivaleur, de pourvoir le dénoncer de manière sécurisée.

Il s’agit de «  Finalerte », une application à télécharger via son androïd ou son IPhone. Il y a aussi la possibilité de déposer un courrier sous enveloppe scellée au ministère des Finances.

Rachel Kitsita

À la une

Également sur Actu 30