• fardc 1 min

Kasaï Central : Plus d’un million de cas de malaria dont 555 décès recensés en 2022

C’est sous le thème : « Il est temps d’atteindre l’objectif zéro cas paludisme, investir, innover et mettre en œuvre les activités de lutte contre le paludisme », que la journée internationale de lutte contre le paludisme a été célébrée, le mardi 25 avril 2023, à Kananga, au Kasaï Central.

La Coordination provinciale du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) a déploré le taux élevé de cas de malaria enregistrés en 2022.

Les données de la lutte contre le paludisme au Kasaï Central, en 2022, se présentent de la manière suivante :

  • Une morbidité de 44,1%, soit un million trois cents septante sept milles six cents nonante six cas de paludisme sur trois mille nonante quatre, deux cents soixante malades qui ont consulté les lieux hospitaliers, toute cause confondue ;
  • Pour le paludisme simple, il a été noté par le Programme national de lutte contre le paludisme, un million cent nonante quatre mille trois cents trente trois cas et le paludisme grave, cent trente un mille trois soixante neuf cas et ;
  • Les enfants de moins de 5 ans touchés sont six cents soixante neuf milles cent treize cas, soit 48,5%.

Par ailleurs, la mortalité proportionnelle est de 5%, soit 555 décès.

Au regard de cette gravité, la Coordination provinciale du PNLP a rappelé l’application stricte de la politique nationale de lutte contre le paludisme afin de mettre fin à ce fléau dans les ménages, par notamment l’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée.

Parmi les piliers pour espérer pour vivre dans un environnement sans paludisme, elle note notamment la garantie d’un accès universel à la prévention-prise en charge de la malaria, l’accélération des actions qui tendent vers l’élimination du paludisme et la surveillance du paludisme.

Le paludisme reste l’une des maladies parasitaires la plus répandue et meurtrière dans le monde en particulier chez les enfants de moins de cinq ans qui représentent au moins 86% de décès enregistrés, et dont l’Afrique subsaharienne a un taux plus élevé.

Mwambilayi/Kananga

À la une

Également sur Actu 30