• fardc 1 min

DRC Mining Week 2023 : Kibali pour une production minière responsable dans l’intérêt des congolais

Aux côtés de plusieurs entreprises présentes à la DRC Mining Week qui s’est tenue à Lubumbashi, dans le Haut-Katanga, du 17 au 19 juin 2023, figure l’entreprise Kibali Gold Mining.

Lors de cette 18ème édition, il était question pour Cyril Mutombo, directeur général de Barrick RDC, de rappeler les critères d’une production ou exploitation minière responsable lors d’un panel sponsorisé, le vendredi 16 juin 2023, par Glencore.

Dans son allocution, il s’est appesanti sur les plans de développement minier et l’impact global des objectifs de développement durable sur les responsabilités des entreprises.

« Une production ou une exploitation minière responsable, c’est celle qui répond aux normes et qui se fait dans les exigences légales, celle qui respecte les normes environnementales. C’est celle qui se fait dans le respect de toutes les parties prenantes qui sont censées bénéficier de cette exploitation, du respect de standard environnemental », a expliqué le DG de Barrick RDC.

Premièrement, une production responsable répond aux normes et se fait dans les exigences légales.

Cependant, la loi de la RDC annonce les principes de la liberté d’accès à la prospection minière sur toute l’étendue du territoire national.

Dans ce sens, « Kibali respecte la loi du pays qui régit le secteur minier », a souligné le DG Cyril Mutombo.

Deuxièmement, une production responsable respecte les normes et standards environnementaux.

Pour mieux gérer l’impact environnemental causé par son entreprise, Kibali affirme se référer à son plan de gestion. Un plan qui vise à gérer tous les risques et prévenir contre les dégâts que cela peut avoir sur la population. Si ce plan exige que des études soient menées au préalable, avant de commencer toute activité, Kibali se rassure d’obtenir bien évidemment l’approbation du gouvernement avant de faire quoi que ce soit.

Ce document est révisé après chaque cinq ans non sans indiquer les modifications apportées. Et Kibali se rassure aussi de communiquer aux communautés les impacts et risques que causeront leurs projets. De cette façon, elles sont prévenues et des mesures seront prises quant à ceux.

D’après Cyril Mutombo, cette entreprise minière se conforme à toutes les dispositions légales en RDC, mais aussi aux exigences internationales dans le secteur des mines et de l’environnement pour une bonne pratique.

Troisièmement, l’exploitation se fait dans le respect de toutes les parties prenantes qui sont censées bénéficier de cette exploitation, notamment les communautés environnantes, les travailleurs, l’Etat qui bénéficie via les taxes.

D’abord, les communautés locales. À ce sujet, Kibali a élaboré, conformément aux lois en vigueur, selon son directeur général, un cahier de charges avec la complicité des communautés locales. En mars 2022, ils ont lancé les projets retenus dans ce cahier de charge. Le coût global du cahier des charges signé entre Kibali et les communautés locales est chiffré à 8 763 258 USD.

Ensuite, les travailleurs chez Kibali, rassure le directeur général de Barrick RDC, l’homme est au centre de l’intérêt de l’entreprise. C’est dans ce sens que cette entreprise veille à sa formation, à sa santé (en respectant les règles de HSEC c’est-à-dire santé et sécurité). Aussi, la main d’oeuvre locale est de loin supérieure à celle des expatriés.

Enfin, l’Etat congolais

À travers les taxes et impôts, Kibali accompagne l’État congolais et la vision du président de la République qui ne ménage aucun effort pour son développement.

Il faut rappeler qu’en 2022, la somme de 1,2 milliard des dollars américains au titre des taxes et redevances a été payée par l’entreprise au profit du Trésor de la RDC.

Rachel Kitsita

À la une

Également sur Actu 30