• fardc 1 min

ESU : La nouvelle Coordination estudiantine de l’INBTP a été élue en toute régularité (Mise au point)

Dans un communiqué dont copie est parvenue, jeudi 29 juin à Actu30.cd, le Comité de gestion de l’Institut national de bâtiment et travaux publics (INBTP) dément les accusations selon lesquelles les élections de la Coordination estudiantine ténue, le 26 juin dernier, ont été émaillées de plusieurs irrégularités.

Selon ce communiqué, les élections se sont déroulées selon les règles qui régissent l’organisation des scrutins par la Commission électorale.

« Les élections de la Coordination estudiantine qui ont lieu sur le site de l’INBTP, précisément à l’amphithéâtre Joseph Kabila de cette alma mater, se sont bien déroulées le 26 Juin 2023 selon les règles de l’art dans une organisation d’une Commission électorale mise en place en bonne et dûe forme. C’est au moment du comptage des bulletins que le camp, qui comptait moins de voix, s’est aperçu de son échec vis-à-vis de l’autre et s’est investi à créer le désordre prétextant la tricherie sans preuves alors que les bulletins de vote exprimant les suffrages étaient dépouillés au vu et au su de toutes les parties. Le camp du candidat malheureux s’est acharné contre le candidat élu et le taxe qu’il serait de l’obédience des autorités académiques. C’est ainsi qu’un groupe d’étudiants bien identifiés s’est livré au jet des pierres en utilisant un comportement qui ne reflète pas réellement ce que ces jeunes gens représentent pour l’avenir du pays et fréquentent le site de l’INBTP pour apprendre », peut-on lire dans ce communiqué.

Ce communiqué renseigne que suite à cette barbarie, les résultats provisoires n’ont pas été rendus publics le même jour puisque ces étudiants, qui ont pris en otage les bâtiments, ont coupé le courant et attaqué les membres de la CENI/INBTP et en suite fermé les grilles le lendemain, réclamant l’annulation des ces élections et mettant en mal le bon fonctionnement de cette Institution d’enseignement supérieur et universitaire.

D’après la même source, le directeur général de cet établissement s’active pour pouvoir deboulonner un système émaillé d’antivaleurs qui s’est enraciné causant à chaque fois des troubles au niveau de l’Institut et perturbant ainsi les activités académiques.

En outre, ce communiqué fait savoir qu’après investigation, les étudiants, souvent à la base de ces échauffourées, sont ceux qui ne payent pas les frais académiques et ceux qui n’étudient pas mais passent leur temps sur le site de l’Institut et utilisent des manœuvres frauduleuses pour passer de classe.

Le DG de l’INBTP, souligne ce document, tient à faire savoir qu’il ne peut en aucun cas interférer dans le processus des élections des animateurs de la Coordination des étudiants, tâche réservée à la communauté estudiantine.

En consequence, informe-t-il, le girecteur général de l’INBTP appelle les parties prenantes à ces élections à user des voies officielles reconnues, telles que les recours pour pouvoir obtenir de la lumière sur ces scrutins au lieu de verser dans le banditisme qui n’honore guère leur Institution.

Par ailleurs, indique ledit communiqué, le DG de l’INBTP appelle également tous les étudiants au calme et au respect des normes qui régissent cette alma mater.

En vue de régler le problème, ajoute ce document, le 28 juin, après étude des différentes réclamations, la CENI/INBTP a résolu d’annuler les résultats des bureaux de vote contestés et a publié finalement les résultats provisoires.

Les autorités académiques alertent, à cet effet, les responsables des services de sécurité de la capitale ainsi que l’autorité urbaine sur ces actes de vandalisme qui met en mal le bon fonctionnement de cet établissement d’enseignement supérieur et universitaire, dit-il.

Le Comité de gestion conclut ce communiqué en annonçant que des mesures sévères et urgentes seront prises à l’endroit des commanditaires et auteurs de ces actes.

La Rédaction

À la une

Également sur Actu 30