• fardc 1 min

Hausse du prix de maïs au Kasaï Central : Une structure plaide pour l’allègement des charges fiscales aux opérateurs économiques

L’Association Kuya Kumpala (AKK), œuvrant dans la province du Kasaï Central, déplore la hausse vertigineuse du prix de maïs dans le marché, ayant des conséquences désastreuses sur les conditions de vie des ménages.

Dans une déclaration parvenue à Actu30.cd, le jeudi 08 juin 2023, la présidente de cette structure de développement, Dady Thérèse Ngalula, a fait savoir que la situation est caractérisée par une famine généralisée qui doit interpeller toutes les bonnes consciences. À l’en croire, une mesurette de maïs, appelée communément Meka, se négocie à 4.500, voire 5000 francs congolais, alors qu’elle s’est toujours vendue entre 1000 et 1200 FC.

D’après elle, cette situation ne permet pas le sourire dans plusieurs ménages qui continuent d’attendre l’action du gouvernement provincial en ce qui concerne la politique agricole et ce, après avoir doté les chefs de secteurs des outils de travail et des semences pour la production de maïs.

Par ailleurs, Dady Thérèse Ngalula a accusé les autorités provinciales de manquer des politiques publiques efficaces dans cette matière pour résorber, sinon alléger les souffrances de la population.

« (…) S’agissant de la question du maïs, si elle était réellement priorisée dans l’agenda du gouvernement provincial actuel, on l’aurait perçu par certaines attitudes, mais elle a été laissée se cristalliser par ceux qui sont investis du pouvoir de l’État comme si elle allait se régler de sol. Pourtant, des solutions ne sont toujours pas loin de nous, elles sont tellement près de nous qu’il faut les chercher à travers une approche inclusive dans la gouvernance », a déclaré la présidente de l’Association Kuya Kumpala.

Dans la foulée, elle a préconisé plusieurs solutions afin de faire sortir la province du Kasaï Central de cette crise alimentaire dans laquelle elle vit depuis un moment, parmi lesquelles l’allègement des charges fiscales aux opérateurs économiques évoluant dans ce secteur.

« Il faut également envisager cela et rapidement alléger les charges fiscales à nos opérateurs économiques qui sont dans ce secteur. Il est impensable de prétendre lutter pour l’amélioration de la situation que nous décrions tous en décourageant, entre temps, ceux qui se battent pour nous ramener, même dans la difficulté, quelques graines de maïs », a-t-elle plaidé.

Dady Thérèse Ngalula a également invité le gouvernement provincial à se concentrer sur la conception, la diversification et le financement des projets agricoles à travers la province afin d’arrêter cette hémorragie.

Mwambilayi/Kananga

À la une

Également sur Actu 30