• fardc 1 min

Kinshasa : début de la 8e session ordinaire de l’Assemblée des régulateurs des télécommunications de l’Afrique centrale

Le ministre des Postes, télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication (PTNTIC) a lancé ce jeudi 22 juin à Kinshasa, la 8e session ordinaire de l’Assemblée des régulateurs des télécommunications de l’Afrique Centrale (ARTAC).

Organisées par l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPTC), ces assises, prevues pendant deux jours, sont placées, autour du thème : « Autonomisation des agences de régulation des télécommunications pour faire face aux mutations de l’écosystème« .

Dans son discours, le ministre des PTNTIC a émis le vœu que cette session apporte des solutions efficaces afin d’atteindre les objectifs de la transformation digitale et de l’intégration dans la sous-région Afrique Centrale.

« Nous sommes donc appelés en tant que région de la CEEAC (Communauté économique des États de l’Afrique Centrale, ndlr) à collaborer pour le développement et harmoniser le cadre le cadre réglementaire pour favoriser et développer notre marché commun de la sous région de l’Afrique Centrale« , a dit indiqué.

Pour sa part, Christian Katende, président de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (ARPTC) a insisté sur la pertinence du thème de la 8e session de l’ARTAC.

« Deux tables rondes vont nous permettre de réfléchir et d’échanger sur les questions pertinentes de l’avenir de la régulation face à ces mutations qui s’opèrent dans le secteur et qui ne laissent pas le régulateur en marge mais au contraire le placent au centre de la réussite de cette transformation numérique. Le régulateur est donc appelé à adopter une nouvelle régulation, à repenser son mode d’intervention à travers les leviers regulatoirs pour assurer la concurrence sur le marché du numérique« , a-t-il noté.

Par ailleurs, Christian Katende vice-president de l’ARTAC a invité les participants à contribuer efficacement à ces échanges afin d’aboutir à des recommandations ou résolution pertinentes pour le développement harmonieux du secteur.

Mise en place le 15 juin 2004 avant l’adhésion de la RDC en 2006, l’ARTAC compte 8 pays membres régulateurs, le Burundi, le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, la RCA, et le Tchad, à l’instar du pays de Lumumba. Elle a notamment pour objectifs d’œuvrer à l’intégration progressive des mécanismes de régulation des marchés des télécommunications dans la sous région.

Cette organisation des régulateurs des télécommunications de l’Afrique Centrale, constitue une plate-forme d’échange, d’harmonisation des point de vue, de formations et d’entaides dans le but de relever les défis qui se posent dans la sous région de l’Afrique Centrale dans le secteur des télécommunications.

Moloway Jael

À la une

Également sur Actu 30