• fardc 1 min

Kinshasa : Des membres du parti Envol en sit-in pour exiger la libération de Len’s Omelonga

Des membres du parti politique Envol de Delly Sesanga, regroupés au sein de la Cellule de communication numérique, ont fait entendre leurs voix, ce mardi 20 juin 2023, face à ce qu’ils qualifient de violation grave des droits garantis par la constitution, que subissent régulièrement leurs collègues dans l’ensemble du pays.

En sit-in devant le ministère des Droits humains à Kinshasa, ces membres d’Envol ont dénoncé des arrestations arbitraires dont ils sont de plus en plus victimes mais aussi des menaces et brimades qu’enregistre la formation politique du candidat président de la République, Delly Sesanga.

‘En ce jour du mardi 20 juin 2023, la Cellule de communication numérique du parti Envol de la RDC se lève pour porter à la connaissance de l’opinion tant nationale qu’internationale la gravité de la situation que traversent les membres et cadres de l’Envol, parti dirigé par l’honorable et candidat président de la République, Delly Sesanga Hipungu Dja Kesang », a déclaré Christian Menda, porte-parole de la Ligue des jeunes d’Envol.

Pour cette structure, les droits garantis par la constitution aux membres et cadres de ce parti sont violés régulièrement suivant les faits ci-après :

  • Arrestation des coordonnateurs de la dynamique de La Refondation du Congo du Kasaï Central, maître Hubert Dibelayi et Ben Ntumba, le 24 avril 2023, par l’Agence national de renseignements (ANR) au motif que ces hauts cadres du parti se trouvent du mauvais côté de l’histoire. Le bon côté, selon eux, serait l’Union Sacrée, ce qui est un déni des droits fondamentaux des citoyens, dit-elle.
  • L’assassinat de Fabrice Mfwamba, président fédéral du territoire de Luiza, au Kasai Central, dans la matinée du 25 avril 2023, alors qu’il réalisait une opération dans un shop de Airtel. À en croire la Cellule de communication d’Envol, les enquêtes ouvertes jusque-là pour faire la lumière sur cette question n’ont pas donné des résultats attendus, car aucun procès n’a été ouvert, bien que le criminel a été appréhendé.
  • L’agression physique du porte-parole de la Coordination provinciale du Maniema, le camarade Zimbo Kaleko, au sortir d’une émission radiodiffusée qui a fait des commentaires objectifs sur la gestion du pays par le régime Tshisekedi.

Par conséquent, les membres de la cellule de Communication numérique de la formation politique chère à Delly Sesanga exigent la libération sans condition de Lens Omelonga, coordonnateur de cette structure, détenu depuis 52 jours dans les locaux
de l’ANR.

À noter qu’en l’absence du ministre des Droits humains, ces cadres du parti Envol ont été reçus par son directeur de cabinet qui a réceptionné leur mémorandum.

Josué Bengbazo

À la une

Également sur Actu 30