• fardc 1 min

Massacres de Kishishe : Human Rights Watch demande au Conseil de sécurité de l’ONU de sanctionner les leaders M23 et certains responsables rwandais

Dans un rapport publié, mercredi 14 juin 2023, l’ONG internationale Human Rights Watch dénonce l’existence de plusieurs corps sans vie enterrés, sur le même lieu, par les rebelles du M23 soutenus par le Rwanda.

Selon ce rapport, deux hommes indiquent l’emplacement d’une fosse commune parmi des bananiers près de l’église adventiste, le 5 avril 2023. Plusieurs personnes ont été exécutées à proximité de l’église par le M23 en novembre 2022 à Kishishe, dans l’Est de la République démocratique du Congo, souligne la même source.

D’après Human Rights Watch, le groupe rebelle M23 serait responsable des fosses communes contenant des dizaines de corps retrouvées dans le village de Kishishe, dans la province du Nord-Kivu.

Cette ONG de défense des droits de l’homme indique que les corps seraient ceux de villageois et des miliciens capturés et exécutés entre novembre 2022 et avril 2023.

Pour cette organisation internationale, le gouvernement congolais devrait demander l’appui des Nations-Unies, de l’Union africaine (UA) et des gouvernements partenaires pour procéder à des exhumations de manière appropriée, restituer les corps aux familles et exiger que les responsables de ces crimes rendent des comptes.

Par ailleurs, Human rights Watch pense que le Conseil de sécurité de l’ONU devrait ajouter les dirigeants du M23, ainsi que des responsables rwandais qui soutiennent le groupe sur sa liste des sanctions.

« La RD Congo, les Nations-Unies, et l’Union africaine devraient aborder la question des preuves de plus en plus nombreuses selon lesquelles le M23 a commis de nombreux meurtres dans le village de Kishishe », a affirmé Clémentine de Montjoye, chercheuse au sein de la Division Afrique de Human Rights Watch.

Et d’ajouter :  »Il est urgent de rassembler correctement les preuves, d’enquêter de manière impartiale et d’informer les familles sur le sort de leurs proches ».

En outre, Human rights watch affirme que, depuis la fin de l’année 2022, les rebelles du M23, soutenus par le Rwanda, ont commis des meurtres, des viols et d’autres crimes de guerre dans l’Est du Congo-Kinshasa.

Josué Bengbazo

À la une

Également sur Actu 30