• fardc 1 min

Perquisition aux domiciles de Katumbi et Kalonda : Ensemble parle d’un « harcèlement politique »

Dans une déclaration faite, ce jeudi 8 juin 2023, à Kinshasa, le parti politique Ensemble pour la République a qualifié d’illégale la perquisition intervenue aux domiciles de son président, Moïse Katumbi, et de Salomon Kalonda à Lubumbashi (Haut-Katanga) par les services de renseignements.

Le parti politique de l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga accuse le chef de l’État d’utiliser les services de l’État pour orchestrer un « harcèlement politique à l’encontre » de son président.

 »Ce jeudi 8 juin 2023, une perquisition illégale à été opérée à la résidence de monsieur Moïse Katumbi, président national de Ensemble pour la République à Kinshasa, sans que le propriétaire de ce lieu n’ait été prévenu de cette action. Jusqu’au moment où nous faisons cette communication, personne n’a pû nous dire de quelle infraction Moïse Katumbi est présumé l’auteur », a déclaré le secrétaire général de ce parti, Dieudonné Bolengetenge.

Par ailleurs, Ensemble pour la République se dit consterné par une autre perquisition perpétrée, ce même jeudi, en la résidence de Salomon Idi Kalonda, conseiller spécial de Moïse Katumbi, à Lubumbashi, dans le Haut-Katanga.

 »Les agents ont bouclé une partie du quartier de sa résidence, évacué toute personne présente aux alentours, refuser l’accès aux avocats du propriétaire du lieu », a déploré ce parti politique.

À noter que le conseiller spécial de Moïse Katumbi est detenu depuis plus d’une semaine dans les locaux des renseignements militaires. Il est accusé notamment d’atteinte à la sûreté de l’État et détention illégale d’une arme.

Josué Bengbazo

À la une

Également sur Actu 30