• fardc 1 min

Sénat : Augustin Matata récuse et retire officiellement toute sa confiance à Modeste Bahati et à tous les membres du bureau

Le sénateur Augustin Matata Ponyo crie à l’acharnement contre sa personne à la suite de nouvelles poursuites annoncées à sa charge par le procureur général près la Cour constitutionnelle et entérinées par le bureau du Sénat.

Après avoir dénoncé devant la presse cet état des choses, le président du parti Leadership et gouvernance pour le développement (LGD) a déposé ce mercredi 21 juin à la chambre haute du Parlement sa correspondance à travers laquelle elle retire sa confiance au bureau du Sénat, principalement de son président Modeste Bahati Lukwebo.

L’ancien premier ministre estime que le bureau du Sénat, par le truchement de son speaker, poursuit l’objectif de l’éliminer en tant que candidat-président pour donner plus de chance à un second mandat du chef de l’État Félix Tshisekedi.

« Vous n’êtes plus qualifié à vous prononcer sur une quelconque cause me concernant sans passer par la pléniere de notre chambre, organe délibérant par excellence et qui seule, a le pouvoir de revenir sur sa décision« , a-t-il dit.

Augustin Matata a déposé également une plainte au parquet près la Cour de cassation contre le président du Sénat pour atteintes aux droits garantis aux particuliers.

« Je trouve que ce comportement est un acte arbitraire et attentatoire aux libertés et aux droits qui me sont garantis par la Constitution et les lois de la République et bien plus tombe sous le coup de l’article 180 du Code Pénal Congolais Livre« , a-t-il noté.

A lui de déclarer par la suite : « Depuis deux ans, il viole la constitution et le règlement intérieur. Il s’arrange en complicité avec le procureur général près la Cour constitutionnelle pour pouvoir attendre que la plénière soit en congé, pour qu’il pose des actes inacceptables de la hauteur d’un président du Sénat« .

Le procureur général près la Cour constitutionnelle veut de nouveau entendre l’ancien premier ministre au sujet du dossier Bukanga Lonzo, suite à l’existence des faits nouveaux contenus dans un rapport des inspecteurs des finances membres de la commission de contrôle de la gestion de ce parc Agro industriel.

Selon ce rapport, Augustin Matata est accusé de faux et usage de faux mais également de détournement des deniers publics.

Corneille Lubaki

À la une

Également sur Actu 30