• fardc 1 min

Manifestation des étudiants de l’UPN : « 4 blessés et plusieurs dégâts matériels enregistrés » (Comité de gestion)

Dans une mise au point rendue publique, ce mercredi 18 juillet 2023, et parvenue à la rédaction d’Actu30.cd, le comite directeur de l’Université pédagogique nationale (UPN) se dit indigné des troubles qui ont eu lieu, mardi dernier, dans cette institution d’enseignement supérieur.

À en croire ce communiqué, rien ne justifie ce soulèvement des étudiants dans le but des saboter différents bâtiments de cette alma mater.

« Le bilan provisoire fait état de plusieurs dégâts matériels et de quatre blessés dont un enseignant. Il faut noter parmi les dégâts matériels, deux véhicules incendiés (le bus de l’université et la voiture d’un enseignant), plusieurs autres (véhicules) caillassés, destruction de tous les auditoires de fortune construits pour pallier l’insuffisance des locaux (en construction et en rénovation), saccage du Rectorat, du bâtiment administratif, de la bibliothèque centrale, de l’amphithéâtre K2, du bâtiment abritant les laboratoires (Physique, Biologie et Chimie), et de quelques bureaux facultaires », peut-on lire dans ce document.

Et de poursuivre : « En ce moment, le comité de gestion estime que rien ne peut justifier ce degré de violences, même pas la fameuse rumeur sur le taux répandu sur la toile. Les étudiants de l’UPN paient leurs frais académiques, depuis le 01 juin 2023, date à laquelle l’annonce a été faite et ce, au taux de la Banque centrale, de commun accord avec leurs représentants. Les informations recoupées renseignent que l’objectif de ces troubles était, entre autres, de saboter les bâtiments en construction et ceux déjà achevés et inaugurés par le président de la République, chef de l’État ».

D’après la même source, 24 personnes ont été interpellées et sont à la disposition de la Police nationale congolaise (PNC).

Le Comité de gestion et toute la communauté universitaire de l’UPN condamnent ces actes de sabotage et appellent la justice à s’impliquer afin de traquer les meneurs de troubles et leurs complices.

Il faut rappeler que le mardi dernier une tension vive était signalée au sein de l’UPN. Des étudiants de cette alma mater protestaient sur le campus contre la majoration des frais académiques.

James Mushiya

À la une

Également sur Actu 30