• fardc 1 min

Élections en RDC : un jeu d’ombres numériques et de manipulation sur les réseaux sociaux

À l’approche des élections présidentielles en République Démocratique du Congo, une enquête approfondie révèle une pratique inquiétante parmi les candidats de l’opposition.

Des analyses informatiques ont mis en lumière des achats massifs de faux followers et de faux likes sur les comptes Twitter de Denis Mukwege, Moise Katumbi, et Martin Fayulu, soulevant des questions sur l’intégrité de leur campagne et leur engagement envers la démocratie.

Le président actuel, Félix Tshisekedi, se trouve ainsi face à des adversaires dont la légitimité numérique est sérieusement remise en question. Des experts en cybersécurité et en analyse des médias sociaux ont démontré des augmentations anormales et soudaines du nombre de followers et de l’engagement sur les publications des candidats mentionnés, signes révélateurs de manipulations digitales.

Cette révélation numérique n’est pas isolée. Elle fait écho à un récent meeting de Moise Katumbi où de nombreux participants ont témoigné avoir été rémunérés pour leur présence.

Ces pratiques soulèvent des inquiétudes quant à la sincérité et à l’éthique des candidats en lice, et mettent en lumière une tendance croissante à la manipulation de l’opinion publique à travers des moyens numériques.

L’impact de ces révélations sur le scrutin à venir reste à déterminer. Cependant, elles jettent une ombre sur la crédibilité des candidats de l’opposition et sur la transparence du processus électoral en RDC. Les citoyens congolais méritent une campagne électorale fondée sur des valeurs de vérité et d’intégrité, où les voix sont gagnées par la force de convaincre et le discernement de chacun.

Les autorités électorales et les organisations de surveillance sont appelées à intensifier leur vigilance et à prendre des mesures pour garantir un scrutin libre et équitable. Alors que la RDC se prépare à élire son prochain leader, la nécessité d’une politique transparente et responsable n’a jamais été aussi cruciale.

À la une

Également sur Actu 30