• fardc 1 min

Justice : Gentiny Ngobila est victime d’un « harcèlement politique », estime son avocat

Le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, auditionné le jeudi 22 février 2024 au parquet général près la cour de cassation, est victime d’un harcèlement politique, font savoir ses avocats à Actu30.cd.

Interrogé à la fin de cette audition, Me Vincent Mpibale Mbo, l’un des avocats conseils du gouverneur, explique que, jusqu’à ce jour, aucun acte de tricherie, détention de Dispositifs électroniques de vote (DEV) ou de bourrage d’urnes par son client, n’a été prouvé par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). 

« Notre client a répondu à l’invitation du parquet général près la Cour de cassation sur de prétendus faits de fraude et vandalisme du matériel électoral; des accusations gratuites, sans preuve faites par la CENI dans le seul objectif de salir la réputation du gouverneur et de l’écarter dans la course électorale. L’instruction a révélé qu’au-delà des allégations de la CENI, il y a aucune preuve qui puisse attester que notre client possédait une machine ou qu’il aurait bourré d’urnes. Donc, Gentiny Ngobila est tout simplement victime d’un harcèlement politique », indique-t-il.

Pour Me Vincent Mpibale Mbo, la justice congolaise se doit de laver la réputation ternie de son client.

« Nous estimons que tout est fait à dessein pour régler des compte à Gentiny Ngobila. La voie de justice reste la voie indiquée pour laver la réputation et l’honneur de notre client, et aujourd’hui, nous sommes très heureux que la justice puisse s’atteler sur cette affaire et qu’à la fin la dignité de notre client soit rétablie », lance-t-il.

Gentiny Ngobila, faut-il le noter, était rentré en homme libre après près de 3 heures d’audition à l’office de la Cour Constitutionnelle. L’autorité morale de l’Alliance des congolais progressistes est parmi les 82 candidats dont les suffrages ont été invalidés par la Commission électorale nationale indépendante lors des élections de décembre 2023 pour des actes de fraude, corruption, détention illégale de DEV et bourrage d’urnes.

Josué Bengbazo

À la une

Également sur Actu 30