• fardc 1 min

Lutte contre les abus sexuels à Beni : Des caméras de surveillance installées dans des bases militaires pour contrôler les mouvements du personnel de la MONUSCO

En visite officielle en République démocratique du Congo, Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint des Nations-Unies aux opérations de maintien de la paix, est arrivé, le vendredi 2 février à Beni, dans la province du Nord-Kivu.

Sur place, le chef des opérations de maintien de la paix des Nations-Unies a rencontré les membres des Réseaux communautaires de signalement des plaintes (CBCN) contre les abus et exploitation sexuels (EAS).

Il était question de voir ensemble comment améliorer la réponse des Nations-Unies face à ce phénomène qui implique certains agents (civil, policier et militaire) de la mission onusienne dans cette région.

Christian Saunders, coordonnateur spécial pour l’amélioration de la réponse des Nations-Unies à l’exploitation et aux abus sexuels, a fait savoir que, pour lutter contre et prévenir des cas d’abus et d’exploitations sexuels, la MONUSCO a procédé notamment aux sensibilisations et formations du personnel à la prévention contre ces abus, l’instauration de couvre-feu, l’interdiction de fréquentation de certains endroits (bars, boites de nuit…), l’installation des caméras de surveillance dans les bases militaires pour contrôler les mouvements du personnel, l’amélioration des conditions de vie du personnel à travers des activités socioculturelles, danses, sports, sensibilisations des communautés, etc.

« Vous devez savoir qu’un seul cas avéré d’exploitation et d’abus sexuels est une honte pour vous-même, pour votre unité, votre contingent, votre pays, et pour la Mission », a-t-il dit.

Les membres de la délégation de CBCN se sont félicités de voir que, depuis le mois de septembre dernier, aucun nouveau cas d’abus et exploitation sexuels n’a été rapporté à la MONUSCO. Tout en encourageant le leadership de la Mission à maintenir ce « zéro allégation », les membres de CBCN ont révélé que certains acteurs et actrices locaux des EAS se plaignent depuis lors de se “retrouver au chômage”, face à la sévérité des mesures mises en place par la MONUSCO.

De son côté, Jean-Pierre Lacroix a félicité les membres (volontaires) des différents réseaux communautaires de rapportage des plaintes pour le sacrifice et leur contribution à l’éradication des EAS.

« Vous êtes les yeux et les oreilles des Nations-Unies dans vos communautés, pour nous aider à comprendre ce qu’il s’y passe, et comment unir nos efforts pour mettre fin au phénomène d’abus et d’exploitation sexuels », a-t-il déclaré.

Le secrétaire général adjoint aux opérations de paix a reconnu que beaucoup de travail a été effectué pour qu’on en arrive là. Toutefois, il a demandé davantage d’efforts pour que la Mission ne dorme pas sur ses lauriers.

Signalons que Jean-Pierre Lacroix est à la tête d’une forte délégation d’une vingtaine de personnes, composée, entre autres, de Christian Saunders, coordonnateur spécial pour l’amélioration de la réponse des Nations-Unies à l’exploitation et aux abus sexuels, Catherine Pollard, secrétaire générale adjointe chargée de la stratégie de gestion, de la politique et de la conformité, Bintou Keita, cheffe de la MONUSCO ou encore du commandant intérimaire de la Force de la MONUSCO, le général Diouf Khar. Après Beni, la délégation se rendra notamment à Goma et à Bukavu.

Anderson Shada Djuma/Beni

À la une

Également sur Actu 30