• fardc 1 min

Kasaï Central / Meurtre des experts de l’ONU : 7 ans après, une structure déplore le non début du procès de 4 congolais accompagnateurs

À l’occasion de 7 ans du double meurtre de deux experts des Nations-Unies dans la province du Kasaï Central, la Société congolaise pour l’État de droit (SCED) déplore le non début du procès en faveur des congolais accompagnateurs de ces experts, également tués dans les mêmes circonstances.

Dans une note parvenue à Actu30.cd ce mercredi 13 mars 2024, cette organisation fait savoir que, depuis lors, les familles des victimes congolaises sont abandonnées à leur triste sort, alors que le jugement a été rendu dans le dossier de deux experts.

« Cependant, la Société congolaise pour l’État de droit regrette que le procès de 4 compatriotes congolais accompagnateurs des experts onusiens n’a toujours pas débuté, et pendant ce temps, les familles des victimes sont abandonnées à leur triste sort », écrit Dominique Kambala, directeur général de la SCED.

En outre, la SCED note que le monument en mémoire de deux experts annoncé dans le programme d’action du gouvernement provincial n’a toujours pas été érigé et que, la ligne budgétaire allouée aux mécanismes de recherche de la vérité mise en place, souffre d’inexécution.

Il faut rappeler que les deux experts des Nations-Unies, Michael Sharp et Zaida Catalan, ont été tués par les éléments de la milice Kamuina Nsapu, à Moyo Musuila, un village situé non loin de la cité de Bunkonde, à 70 Km de la ville de Kananga, à l’occasion d’une mission d’investigation sur les graves violations des droits de l’homme dans la région du Kasaï.

Après 5 ans de procès, la Cour militaire de l’ex province du Kasaï Occidental a rendu, en date du 29 janvier 2021, un arrêt sous RP 037/020 condamnant 49 prévenus civils à la peine de mort pour crime de guerre et un officier des FARDC à 10 ans de servitude pénale pour violation de consigne. Le procès en appel, qui aurait pu permettre de connaitre la vérité, se poursuit élastiquement devant la Haute Cour militaire, regrette cette organisation.

Mwambilayi/Kananga

À la une

Également sur Actu 30